Tours

Fortes chaleurs : des baudriers réfrigérés en test sur le chantier de l’A10

Pour rendre le quotidien moins difficile.

C’est assez inhabituel au mois de septembre : on dépasse 30° tous les jours depuis le début de la semaine. Autant dire que la situation est assez difficile à vivre pour les dizaines d’ouvriers qui travaillent actuellement sur le chantier de rénovation de l’A10 à Tours. Pour rappel, Vinci Autoroutes refait complètement les trois voies dans le sens Paris-Bordeaux. Les opérations ont embrayé début septembre et doivent s’achever mi-octobre (ou un peu plus tôt si tout va bien). Le pont de la Loire est notamment refait de fond en comble avec une résine apposée sur le béton, la pose d’un matériau spécifique pour assurer l’étanchéité puis l’application d’un bitume tout neuf et « acoustique » pour diminuer les nuisances sonores.

Les ouvriers travaillent 6 jours sur 7 et 24h/24... du dimanche soir 22h au samedi suivant à 22h. ils sont plusieurs dizaines sur l’autoroute mais aussi sous le pont qui a été surélevé avec des verrins hydraulliques.

Entre le soleil, le trafic qui se poursuit sur l’autoroute et les machines du chantier, la température atteint vite des sommets. Il n’y a pas d’ombr,e pas vraiment de verdure. La direction a prévu le coup avec 3 frigos le long du chantier, approvisionnés en bouteilles d’eau. Trois défibrillateurs cardiaques sont posés sur le bas-côté en cas de malaise.

Vinci Autoroutes joue également la carte de l’innovation ces jours-ci avec le test d’un baudrier réfrigéré. Il est utilisé par des ouvriers qui travaillent sur le pont et a pour objectif de les rafraîchir. « C’est efficace, l’un d’eux nous a dit qu’il avait encore une sensation de frais à la fin de sa journée de travaille » indique pascale Moreau, l’une des responsables du chantier. Des bandeaux réfrigérés sont aussi proposés aux ouvriers, à poser sur le front. « Pas idéal » nous dit-on, il est donc envisagé de voir s’ils ne pourraient pas plutôt être collés au niveau de la nuque pour que ce soit confortable, efficace et surtout que ça respecter les normes sécuritaires.

Découvrez un reportage complet au coeur du chantier de l’A10 en cliquant sur 37 degrés.