Tours

[En forme] Paris-Tours en courant : ce Tourangeau va parcourir 246km sans s’arrêter

Un week-end particulièrement sportif.

C’est le défi de ses 50 ans : M’hamed Belguebli va relier la Tour Eiffel au collège Ronsard de Tours de vendredi à dimanche, sans s’arrêter. 246km entre la capitale et sa ville de résidence « juste pour le plaisir. »

Né à Montpellier, passé par la région parisienne, père de deux filles, il est arrivé à Tours depuis 4 ans. L’homme ne se définit pas comme un grand sportif mais ça fait quand même dix ans qu’il court, il encadre des jeunes à l’ASPTT de Tours et a déjà réalisé des courses d’ampleur à Millau (100km) ainsi qu’en Bretagne (les 170km du trail ultramarin de Vannes).

« Je suis tombé dans le sport un peu par hasard. Je courais en loisir comme tout le monde puis j’ai commencé à accompagner des collègues, je me suis engagé sur un semi-marathon... Et je me suis pris au jeu. »

Responsable moyens généraux, M’hamed Belguebli est capable de faire un effort intense le week-end et de repartir bosser le lundi matin. C’est ce qui est prévu pour son défi Paris-Tours : premières foulées dans le VIIe arrondissement de la capitale vendredi, puis descente vers Massy, Arpajon, Orléans, Blois et enfin Tours. De jour comme de nuit, sans s’arrêter ou presque : l’athlète envisage des pauses de 5 minutes pour se ravitailler tous les 10km, et peut-être qu’il dormira une heure pendant la nuit.

Ce défi c’est le pari d’un homme... mais il est aussi pensé comme une aventure collective :

« Je voulais trouver un moyen d emettre en avant ceux qui ferment la marche pendant les courses. C’est eux qui réalisent le plus d’efforts physiques en allant au bout de leurs capacités pour terminer les épreuves. Ils sont vraiment dans le dépassement de soi. »

Ainsi, M’hamed a pensé sa course comme une longue balade où l’on pourrait l’accompagner durant 1km ou 10km, peu importe. Ce n’est pas une course de vitesse mais d’endurance : « A partir d’Orléans il y aura toujjours quelqu’un à mes côtés. J’espère surtout qu’il y aura du monde avec moi la nuit. »

Pour être parfaitement au point, le Tourangeau a repéré le parcours en amont, surtout sa partie parisienne. Des copains le guideront dans les premiers kilomètres jusqu’aux portes de la capitale. Un véhicule technique restera derrière lui en permanence, pour le ravitaillement ou pour assurer sa sécurité sur certaines routes. Côté entraînement, M’hamed réduit les efforts dans les jours qui précèdent le grand départ mais il a quand même mis le paquet cet été, par exemple en faisant 6 allers-retours dans les escaliers d’une tour de 25 étages à Montpellier. Soit un total de 2 400 marches.

Le défi est à vivre sur les réseaux sociaux via le compte Instagram @les.foulees.ephemeres.