Tours

[Rencard] Adèle, la Tourangelle qui vous fait voyager avec sa voix

Elle entame la deuxième saison de son podcast.

[Rencard] c’est la rubrique d’interview décalées d’Info Tours. Pour découvrir des personnalités tourangelles sous un autre angle.

 

Cette période de crise sanitaire n’est pas vraiment propice aux grands voyages, et si vous en avez marre de passer vos journées sur Google Street View pour découvrir des villes inconnues il y a une autre solution...

La Tourangelle Adèle Deforge publie chaque semaine un récit de voyage audio via son podcast Frenchies Autour du Monde accessible gratuitement sur toutes les plateformes (Deezer, Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts…). Des interviews de voyageuses et de voyageurs, d’Indre-et-Loire ou d’ailleurs, avec par exemple le récit d’une Française qui a vécu le 11 septembre 2001 depuis un immeuble voisin du World Trade Center. Ou celui d’un couple qui a entrepris de rallier l’Alaska à la Patagonie en van. Au total près d’une trentaine d’épisodes déjà publiés. La saison 2 vient tout juste de débuter…

 

Ça a commencé comment cette aventure ?

Je suivais des études de marketing commercial et je réfléchissais à m’expatrier à l’étranger, à Montréal. J’étais déjà friande de podcasts et je cherchais des récits de voyages qui avaient changé la vie des gens mais je tombais seulement sur des bons plans ou des conseils. J’ai donc créé le mien en commençant par interroger trois personnes de mon entourage – des amis d’amis – puis rapidement on m’a proposé des témoignages et j’ai aussi été en solliciter en cherchant sur les réseaux, par exemple des personnes expatriées ou nomades.

Un pays qui vous fait rêver ?

Le Costa Rica, un pays avec une faune et une flore qui me rend curieuse. Je rêve aussi d’aller dans le grand ouest américain ou de me rendre en Scandinavie, commencer en Suède et remonter jusqu’en Laponie…

Plutôt ville ou nature ?

A priori plutôt nature mais paradoxalement j’ai plutôt voyagé en ville car je n’avais pas forcément assez de temps pour explorer les alentours.

Un souvenir marquant en voyage ?

Je suis partie trois semaines à La Réunion car beaucoup de membres de ma famille sont nés là-bas. C’est incroyable : quand on est arrivés, le Piton de la Fournaise était en éruption, on a pu voir les coulées de lave.

Et une galère ?

On devait partir à Amsterdam entre copains au départ de Tours. On s’arrête sur une aire près d’Orléans pour changer de conducteur et la voiture rentre dans une poubelle au moment d’une marche-arrière. On avait des vélos derrière, le pare-brise a explosé. On a dû appeler l’assurance qui nous a trouvé un Carglass à Berck dans le Nord. Je ne voulais pas y aller, à cause du film Bienvenue chez les Ch’tis. On y arrive finalement vers 2h du matin, on gare la voiture près de la plage où on a passé l’une des plus longues nuits de toute ma vie (il faisait super froid). Au petit matin on a quand même visité un peu Berck avant de déposer la voiture pour la réparer.

Pour partir, plutôt gros sac ou valise cabine ?

En général je pars avec une toute petite valise, même pour mes trois semaines à La Réunion ou quand j’ai passé 10 jours à New-York. Et puis j’ai horreur de faire les bagages : je les prépare toujours la veille au soir… Et normalement je n’oublie rien.

Vous avez peur en avion ?

Pas du tout, en plus j’adore les turbulences : j’ai l’impression d’être dans un manège.

Une rencontre marquante grâce au podcast ?

Mickaël, qui a participé à l’un des premiers épisodes. Il a fait des études en Chine où il a croisé la route d’un gourou et il est parti en Inde pour y faire 7 ans de méditation et de yoga. C’est intéressant d’entendre ce genre de témoignages de la part de personnes qui ont beaucoup travaillé pendant des années, qui ont fait un burn out et qui se sont dirigées vers ce genre d’endroits. J’ai aussi rencontré une femme qui rêvait de la Mongolie depuis toujours, qui est partie faire du bénévolat sur un plateau pour s’occuper de 300 chèvres. Après ça elle a tout plaqué pour y vivre.

Cette année on nous conseille plutôt des vacances en France. Une région à nous conseiller ?

Les Landes, du côté d’Hossegor. Les pins, l’ambiance… Ça me rappelle les vacances de mon enfance !

Est-ce qu’on est obligés de partir loin ?

Je ne pense pas. Où que l’on soit, dès qu’on arrive à déconnecter on a déjà fait une grande partie du voyage. J’essaie d’ailleurs de trouver des témoignages de personnes qui pratiquent le slow travail (en sac à dos, à pie,d en stop).

Découvrez le compte Instagram de Frenchies Autour du Monde en cliquant ici.