Tours

[Faut y aller] A Tours de Bulles, le festival qui résiste au coronavirus

Il aura bien lieu ce week-end Place Châteauneuf.

Non, tous les événements ne sont pas annulés en cette période de crise sanitaire. Et heureusement. Ce samedi 12 et ce dimanche 13 septembre, la Place Châteauneuf de Tours va recevoir la 16e édition du festival annuel de BD de la ville : A Tours de Bulles, organisé par l’association qui en porte le nom. Evidemment, il va y avoir des adaptations par rapport aux années précédentes mais globalement ça s’organise bien : « Le masque sera obligatoire sur tout le site et nous aurons du gel hydroalcoolique partout » eplique Jean-Luc Ecault qui devrait prochainement prendre la présidence de la structure en remplacement de Philippe Septier. Informaticien de profession, il s’y implique déjà activement depuis 2007.

Des plumes de la région, des nouveautés...

Une petite trentaine d’autrices et d’auteurs sont annoncés pendant les deux jours d’A Tours de Bulles 2020, dont une dizaine qui travaillent depuis le Centre-Val de Loire mais aussi quelques-uns qui viennent tout juste de sortir leur dernier titre. L’affluence s’annonce moindre que d’habitude car il faudra espacer les stands pour respecter la distance physique. Le programme s’annonce tout de même riche avec Gijé (récompensé de la Tour d’Ivoire des Mômes en 2018), la Tourangelle Lili l’Archi, Mobidic,  Titwane, Etienne Le Roux, Armelle Modéré ou encore Gaëlle Hersent : « Beaucoup de festivals ont été annulés donc les auteurs sont contents de venir » résume Jean-Luc Ecault.

En revanche, à part un Belge, tout le monde vient de France. A l’avenir, le futur président espère faire revenir des Espagnols, des Italiens, des Britanniques voire accueillir des Américains ou des Japonais.

Concernant les animations, elles seront réduites mais pas annulées. Il y aura toujours la soirée d’ouverture aux cinémas Studio vendredi soir ou encore la séance cinéma pour les enfants le dimanche au même endroit. Deux expositions sont annoncées dans les locaux de la Salle Ockeghem : une de Stéphane Fert, lauréat de la Tour d’Ivoire en 2019, auteur de l’affiche 2020 d’A Tours de Bulles (qui conserve son emblématique parapluie pour commander le soleil). A ses côtés, un duo féminin, Cuhna et Carbone, qui présentera également son travail.

Un festival toujours gratuit

Pour respecter les consignes sanitaires, certaines animations pour enfants n’auront pas lieu (comme le stand jeux) mais les comptoirs de vente de BD de Bédélire et Cultura sont maintenus ainsi que la lecture à voix haute et possiblement en langue des signes. Pareil pour la conférence du samedi matin (autour du jardinage, avec Simon Hureau et Hervé Duphot, deux intervenants impliqués dans des BD sur le sujet) ou encore les dédicaces réservées aux petits le dimanche matin. Invitée d’honneur, la maison d’édition Des ronds dans l’O viendra faire découvrir son catalogue jeunese à l’occasion de son 15e anniversaire.

Comme d’habitude, A Tours de Bulles c’est un festival gratuit et qui remet des prix : la Tour d’Ivoire 2020 pour un album adultes, la Tour d’Ivoire des Mômes qui récompense un album jeunesse et - nouveauté - A l’Ombre de la Tour d’Ivoire, en partenariat avec la Ligue de l’Enseignement et l’association des visiteurs de prison. Son jury est composé de détenus incarcérés à la maison d’arrêt de Tours.

A Tours de Bulles 2020, samedi de 14h à 18h (conférence le matin à 11h limitée à 50 personnes), dimanche de 10h à 18h avec une pause le midi. Programme complet sur www.atoursdebulles.fr.