Tours

[En vitrine] A deux pas de la Loire, la boutique chic d’une styliste tourangelle

Sa collection est pensée et conçue en Indre-et-Loire.

[En vitrine] c’est la rubrique d’Info Tours dédiée à l’actualité commerciale en Indre-et-Loire.

 ----------------

Il y a le grand manteau rose ou le petit sweat blanc… Mais aussi de beaux habits couleur crème. Au total une vingtaine de modèles et une bonne cinquantaine de pièces si l’on compte toutes les tailles. Il s’agit de la première collection de prêt à porter de Nolwenn Lavanant. A 22 ans, la jeune femme est titulaire d’un bac pro Métiers de la Mode obtenu à Orléans puis elle a été formée au CFAM de Tours. Primée pour une jupe dès ses 19 ans, elle fait coïncider la rentrée 2020 avec l’ouverture de sa boutique dans le quartier Paul Bert, à quelques dizaines de mètres de l’entrée du Pont de Fil (91 Rue Losserand).

Le showroom ne fait que quelques dizaines de mètres carrés mais il a l’avantage d’être collé à l’appartement de la styliste. « Ici c’était une ancienne boucherie. Avec mon compagnon on a tout cassé puis tout refait pendant un an. Pendant les travaux, on a même trouvé un beau miroir resté caché derrière un mur. » Refait à neuf, il trône aujourd’hui tout près de la porte d’entrée.

Avoir son propre magasin, « c’était dans mes projets, mais pas forcément tout de suite. J’ai saisi l’opportunité » nous dit Nolwenn Lavanant, boulimique de création qui passe son temps à dessiner de nouvelles pièces qu’elle confectionne seule dans son atelier. On peut donc parler d’une marque 100% tourangelle (hormis pour la provenance des tissus, même s’ils sont souvent issus de filières responsables).

En à peine deux ans, depuis le portait qu’on lui avait consacré sur 37 degrés, la créatrice a vu son style évoluer. Moins de motifs, plus de pièces unies. Et le prêt à porter privilégié au sur-mesure ; « J’avais beaucoup de commandes mais ce n’était pas ce que je voulais car l’exigence des clientes me stoppait dans ma créativité. Aujourd’hui je crée les vêtements que j’aimerais porter, chics et confortables dans l’esprit de marques comme Sandro ou The Kooples. » L’originalité se trouve dans les détails (un cordon doré ou un foulard en guise de ceinture) mais aussi via le mélange des matières (taffeta et velours, taffeta et cachemire, sweat et organza…).

 

Photos : Alexandre Frisch (Leitz)

« Je veux habiller des femmes dynamiques, soucieuses de ce qu’elles portent » poursuit Nolwenn Lavanant. Côté prix, ça commence à 120€ avec l’ambition de convaincre les acheteuses d’acquérir des vêtements de meilleure qualité pour mettre fin à la surconsommation de la mode dictée par les enseignes de fast fashion.

Bientôt doublé par un site de vente en ligne, le magasin de Tours est pensé comme un lieu de rencontre plus qu’une boutique où l’on vient fureter lors d’une session shopping : « C’est un lieu pour recevoir des gens, où on peut passer une heure ou deux pour découvrir la marque et essayer. » Certaines pièces uniques sont uniquement produites à la demande, dont un petit haut en soie. Et pour la suite, Nolwenn Lavanant prévoit de renouveler ses créations à chaque saison. Ses rayons s’enrichiront de modèles pour l’homme dès 2021.

Olivier Collet

Ouverture de boutique le 14 septembre. Plus d’infos sur le compte Instagram de Nolwenn Lavanant