Tours

Tours : La sécurité crée le débat au conseil municipal

En cause les mauvais signes envoyés par la nouvelle majorité selon l’opposition

Il ne fallait pas s’attendre à un premier conseil municipal tranquille du côté de la ville de Tours. Dès le début de ce premier conseil ordinaire, le ton était en effet donné. Première prise de parole de l’opposition en la personne de Benoist Pierre et première attaque sur le travail de la majorité. Un peu de propos politique (sur la nationalisation des débats), mais aussi de propos local avec la question de la sécurité. De façon véhémente, l’ex tête de liste LREM s’est inquiété du silence du maire de Tours face aux récents divers de la ville : agression sur les bords de Loire, problèmes sécuritaires à la Rotonde…

Des propos sur lesquels Olivier Lebreton ancien adjoint à la sécurité (LR) a immédiatement rebondi. « La politique c’est des symboles et ceux que vous envoyez ne sont pas bons » s’est-il alarmé en évoquant le changement d’intitulé de la délégation, devenue tranquillité publique au lieu de sécurité et sa place dans l’organigramme (Philippe Geiger adjoint à la tranquillité publique est 10e adjoint.)

Autre grief de l’ancien adjoint à la sécurité, les propos des membres insoumis de la majorité chez nos confrères de la Nouvelle République, quelques jours après l’élection. Dans l’interview qui leur était consacré, les élus avançaient ainsi leur volonté de désarmer la police municipale.

Des propos qui ont eu don d’agacer Philippe Geiger (en photo), ce dernier expliquant que les faits divers ne datent pas d’aujourd’hui et qu’il agissait avec la police municipale mais aussi la Préfecture et le Parquet. « Nous allons continuer à travailler à travers les structures ad-hoc avec la préfecture, le parquet et la police nationale pour que la population de Tours soit le moins impactée possible par ces incidents, inhérents pour la plupart à l’organisation de notre société. » nous explique-t-il en marge du conseil, tout en poursuivant sur « la mise en place rapide d’un dispositif d’animation, notamment au Sanitas, pour proposer une alternative occupationnelle aux jeunes du quartier. »

Et d’un point de vue plus sécuritaire, Philippe Geiger d’indiquer l’efficacité de la police en prenant exemple sur la saisie de 8 mini-motos cette année servant aux rodéos urbains.