Tours

Tours : C’est quoi le problème avec les indemnités des élus ?

L'opposition attaque le maire dessus

Depuis une semaine et le vote des élus métropolitains d’augmenter les indemnités du président Wilfried Schwartz et des 20 vice-présidents de l’intercommunalité, le débat fait rage sur la question des indemnités des élus.

Relire notre sujet : Combien on paye les élus ? Vaste débat pour entamer le mandat de Tours Métropole

Le sujet est revenu une nouvelle sur le devant dz la scène pendant le Conseil Municipal de Tours à la faveur d’une délibération qui à l’inverse de la Métropole proposait la baisse des indemnités du maire Emmanuel Denis.

Cela aurait pu être une délibération qui passe facilement, oui mais c’était sans compter sur les élus d’opposition Benoist Pierre (groupe Les Progressistes) et Thibault Coulon (Groupe Tours Nous Rassemble) en tête. Pour le premier cette délibération municipale n’est rien d’autre que de « la poudre aux yeux ». « Ce que vous économisez d’un côté, vous l’augmentez de l’autre côté avec une hausse de 30% à la Métropole » a-t-il attaqué le maire de Tours.  

Même son de cloche du côté de Thibault Coulon qui évoque de son côté « une tartufferie » en ciblant les mêmes arguments que Benoist Pierre.

Baisse d’un côté, augmentation de l’autre, difficile en effet d’y voir clair pour le quidam. Seulement, à la Métropole ce n’est pas Emmanuel Denis qui décide et au sein d’une institution fonctionnant au consensus, il a semble-t-il préféré ne pas s’opposer frontalement à l’augmentation des indemnités, afin d’assurer son double objectif premier : « défendre les intérêts de Tours » et se donner les moyens de réaliser son programme électoral en récupérant pour les membres de sa majorité les vice-présidences clés nécessaires.

Thibault Coulon l’a bien compris et c’est en partie ce qu’il reproche au nouveau maire de Tours : « Vous êtes victimes de ce passage en force à la Métropole mais vous auriez pu vous y opposer. »

L’ancien adjoint à l’économie va même plus loin, en attaquant directement le maire sur ses prises de positions passées. « Vous avez renié publiquement vos paroles de 2017 (ndlr : à l’époque Emmanuel Denis s’était opposé à l’augmentation d’indemnités d’élus de la Métropole car pas travaillée en commission des finances préalablement). Le but d’arriver au pouvoir ce n’est pas de renier ce qu’on pensait, au contraire c’est de l’appliquer. »

Et Christophe Bouchet d’enfoncer le clou en demandant à Emmanuel Denis d’agir en coulisses à la Métropole afin de réussir à revenir en arrière. Un sujet qui n’a pas fini d’agiter les débats donc.