Tours

Le nouveau maire de Tours détaille son plan de relance post-Covid

Il sera présenté vendredi au conseil municipal.

A chaque maire sa façon de réagir à la pandémie de Covid-19. Au printemps, Christophe Bouchet avait lancé le Plan Etincelle, soit le projet d’éditer 30 000 bons d’achat de 50€ à distribuer à des soignants ou des associations. Objectif : qu’ils soient dépensés rapidement dans les commerces tourangeaux, et remboursés par la mairie. Elu le 28 juin, son successeur Emmanuel Denis ne voit pas les choses de la même façon. Il a annulé en express la deuxième tranche du dispositif en empêchant l’édition de 10 000 coupons, soit le tiers de l’enveloppe initiale d’1,5 million d’€.

A la place, l’écologiste lance un festival culturel estival (Les Inattendus, chaque week-end du 31 juillet au 30 août, des animations commerciales tous les samedis d’août et début septembre + un dispositif bénéficiant directement à des entreprises fragilisées par la crise sanitaire. De petites et moyennes structures qui pourront bénéficier de subventions allant de 0 à 5 000€ selon leurs projets validés en amont par un jury.

Comme la ville de Tours n’a pas directement la possibilité de verser ce type d’enveloppe, elle va se tourner vers Tours Métropole qui a des compétences économiques et qui a voté un budget dédié à la relance avec une somme spécifique pour chaque commune de son territoire. Montant budgétisé : 100 000€ selon l’adjoint au maire en charge des finances Frédéric Miniou. Le mode opératoire est par ailleurs comparable à celui du Fonds Renaissance géré par le Conseil Régional.

Abonnements sportifs prolongés, droits de terrasse à 0€ jusqu’en octobre

Rassembler les forces des différentes collectivités, c’est une stratégie assumée de la nouvelle équipe de Tours. « Nous allons avoir de nombreuses situations compliquées ce qui va nous obliger à agir pendant de longs mois » pronostique Emmanuel Denis. Le maire imagine clairement une intensification de la crise après l’été, surtout que les aides gouvernementales vont s’atténuer (notamment pour le chômage partiel). L’exonération des droits de terrasse est donc valable jusqu’au 31 octobre de même que la gratuité des emplacements sur les marchés jusqu'au 31 juillet. « Pour les abonnés sportifs, leurs accès sont prolongés de 3 mois » précise également Frédéric Miniou.

Ces différentes dispositions auront évidemment un coût pour la ville de Tours, pour l’instant non dévoilé. Quand on dit coût, il s’agit surtout de pertes de recettes : de l’argent en moins qui arrive dans les caisses plus que des euros qui en sortent. Néanmoins, la mairie va accorder une série de subventions exceptionnelles à des associations ou clubs sportifs en situation délicate. Elle renonce également à percevoir certains loyers. Le budget du Centre Communal d’Action Sociale a lui été rallongé de 200 000€ pour mettre en place des aides en faveur des plus démunis (dans son programme Covid, Emmanuel Denis évoquait notamment la volonté de distribuer plus de bons alimentaires).

Olivier Collet