Tours

Rénovation du Sanitas : cette fois, ça commence pour de bon

La barre Saint-Paul va être démolie pendant l’été.

Ça fait déjà plusieurs années que les idées sont lancées, plusieurs mois que le financement est bouclé et que les premières opérations ont commencé. Mais jusqu’ici, le chantier de rénovation du quartier du Sanitas à Tours se faisait plutôt en coulisses, entre – d’un côté – les départs d’habitants et de commerces dans les futurs bâtiments à détruire et – de l’autre – les opérations de préparation à la déconstruction.

Ce mercredi 15 mars, les choses vont s’accélérer et tout le monde va pouvoir s’en rendre compte. Les engins de chantier doivent commencer à déconstruire pour de bon la barre qui rassemblait 48 appartements sur 4 étages à l’est la Place Saint-Paul. Du nord vers le sud où se trouvait la station Total, les ouvriers vont grignoter petit à petit le bâtiment. Pas question de le faire exploser, d’autant que ses gravats doivent notamment être recyclés pour combler le vide au sol en attendant la pose des fondations des nouvelles constructions qui remplaceront l’immeuble des années 60.

« Cette méthode de démolition mécanique présente l’avantage de réduire le bruit aux abords du chantier, et donc de limiter les nuisances pour les riverains » explique le bailleur Tours Habitat, en charge de l’opération. Auparavant les logements ont été vidés de l’intérieur et désamiantés.

La barre Saint-Paul réduite en miettes, c’est donc le coup d’envoi d’un vaste programme de rénovation urbaine prévu pour durer une dizaine d’années avec – au total – 472 logements à démolir et reconfigurer pour passer de 93 à 80% de HLM dans la zone. A terme, le quartier sera plus aéré. Toujours Place Saint-Paul, d’autres démolitions sont à venir : un bout d’immeuble côté est, 3 plus au sud. A terme le marché du mardi et vendredi devrait déménager vers le parvis du Hallebardier. L’objectif est de construire 210 logements pour des étudiants, 56 logements sociaux « restructurés » et 45 en accession à la propriété. La résidence étudiante prenant la place de la barre 37.

Les autres démolitions auront lieu à proximité des voies SNCF (93 logements) remplacés par 44 logements neufs, et un accueil de loisirs. Au sud du Palais des Sports (avec 185 nouveaux logements, des commerces ou des équipements publics). Et à proximité de la Passerelle Fournier (239 démolitions, 68 nouveaux logements « minimum » mais aussi des bureaux et équipements publics). Cela devrait commencer en 2021-2022. L’école maternelle Marie Curie doit être refaite à neuf (idem pour Kléber).

Tout cela c’est une enveloppe de 126 millions d’euros financée à 41% par l’Etat via l’ANRU, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (le reste par Tours Métropole, la Région, Tours Habitat…).

Le projet comporte tout de même quelques inconnues comme le devenir du Palais des Sports de Tours. L’ancien maire Christophe Bouchet souhaitait le transformer et l’agrandir pour augmenter – notamment – sa capacité d’accueil du public. Son successeur Emmanuel Denis planche surtout pour des travaux de rénovation de la principale passoire énergétique de la ville. Il a aussi un projet différent pour la Rotonde, salle sportive en mauvais état qui accueille notamment le roller hockey – qu’il veut voir transformer en tiers lieu. Le projet initial prévoyait des logements, une ludothèque et une bibliothèque, tout de même un nouveau gymnase, des commerces en façade de l’Avenue de Gaulle alors qu’ils sont aujourd’hui sur le côté.

Alors que des habitants avaient critiqué un manque de concertation sur ce projet, reste à voir comment la nouvelle municipalité va le faire vivre. En attendant, le site de la barre Saint-Paul sera « remis en état » pour la rentrée dixit Tours Habitat. Le chantier de construction de la résidence étudiante n’est – lui – pas encore officiellement programmé.

Olivier Collet