Tours

L’expérience de l’été en Touraine : grimper dans un chêne puis dîner sur la Loire

Tout ça au coucher du soleil.

Il faut prendre la route sur la rive droite de la Loire direction Vouvray et s’arrêter un peu avant la guinguette de Rochecorbon, au lieu-dit Saint-Georges. C’est là qu’on trouve l’embarcadère de l’association La Rabouilleuse qui organise des balades en bateau, des activités naturelles ou des cours de navigation sur le fleuve royal. Pour cet été 2020, en association avec l’Office du Tourisme Tours-Val de Loire et Kalika Loire, l’un de ses salariés vous emmène pour une balade à sensations de 4h, entre la Loire et la forêt. Nom de code : la Loire au bout des branches.

Votre guide s’appelle Samuel. L’homme n’est pas seulement capable de diriger un bateau, il est aussi extrêmement doué pour grimper aux arbres. Rien à voir avec l’accrobranche : sa passion consiste à choisir un grand arbre, l’équiper de cordes puis grimper vers la cime. Après une petite heure de navigation au cours de laquelle vous pourrez apercevoir les aigrettes en train de chasser les poissons où l’habitat d’un castor, il vous fera partager son savoir sur l’Île de la Métairie de La Ville-aux-Dames. Là, au milieu des bois, à l’écart des sentiers, Samuel a repéré un beau chêne qui doit avoir bien plus de cent ans et qui pousse droit comme un I en direction du ciel.

On y arrive après avoir écarte quelques plantes et lutté contre une poignée de moustiques. Des cordes pendent depuis les premières branches situées à une dizaine de mètres du sol. On s’équipe d’un baudrier comme pour faire de l’escalade et Samuel nous explique la technique : dans cette affaire, on s’assure soi-même. Deux nœuds entourent la corde principale pour empêcher les chutes. Celui du haut sert à monter ou à descendre et celui du bas, équipé d’une boucle pour placer son pied, permet de s’élever progressivement (pour la petite anecdote, le moniteur a baptisé ces nœuds Bobette et Bob, mais libre à vous de les appeler autrement).

Si la technique peut sembler un peu complexe à appréhender, elle est finalement relativement simple. Mais avant de grimper, vous devrez entrer en connexion avec l’arbre par le toucher, la pensée, les mots… Samuel vous le recommandera vivement, tout comme il vous invitera à partager une expérience avec un arbre qui a marqué votre vie. Cette sortie ce n’est pas que du loisir, c’est toute une communion avec la nature et ses produits.

Le départ est lancé et son s’élève donc vers les branches. Progressivement, apparemment lentement mais en fait pas tant que ça. On se concentre tellement sur la corde et les bons gestes qu’on n’a pas le temps d’avoir le vertige et de s’inquiéter. Il s’agit simplement d’éviter de se cogner aux branches, de s’emmêler, de heurter les voisins ou de trop s’abimer les mains. Une fois presque au sommet, on s’assoit sur une branche et on pourrait rester là des heures, avec la lumière du jour qui décline. On n’entend plus la route ni les enfants, juste des oiseaux et des feuilles qui bruissent dans le vent.

Il faut bien redescendre et repartir. Le bateau quitte la Métairie sans voile ni moteur, juste porté par le courant de la Loire. Il est temps de déboucher le sauvignon et de goûter aux mets d’Elsa de Kalika Loire, dont la spécialité est la préparation de mets bio et locaux où les plantes sauvages ont les premiers rôles. Ici, un cake au galinsoga, un taboulé au millet avec du pourpier, des samossas avec du lierre terrestre, sorte de menthe sauvage comestible tandis que le lierre est toxique. Ça continue avec du mignon de porc et une sauce aux champignons qui fait sensation tout comme une tartinade absolument exquise. Le fromage vient de la ferme des Galopins à Charentilly, les madeleines sont aromatisées de reine des prés, la salade de fruits est sublime…

Une fois passée l’agitation de la guinguette de Rochecorbon on accoste à la nuit tombée avec en tête les images de la Loire et de la forêt, agrémentées de quelques connaissances supplémentaires. La balade est proposée tout l’été, les vendredis et samedis soirs de 18h à 22h, en petit groupe et pour 122€ par personne. Réservations auprès de l’Office du Tourisme.

Olivier Collet