Tours

Avec dix points d'avance, l'écologiste Emmanuel Denis remporte la mairie de Tours

Il bat le maire sortant Christophe Bouchet.

Les résultats définitifs se sont fait attendre jusqu'en fin de soirée mais l'affaire semblait pliée dès 20h30 : ce dimanche soir, c'est le candidat Emmanuel Denis qui s'est imposé à l'issue du second tour des élections municipales à Tours. Elu pour la première fois en 2014 sur la liste de l'ancien maire Jean Germain avec qui il avait fait alliance, le militant du parti EELV l'emporte cette fois sous son propre nom et devance nettement le maire sortant Christophe Bouchet qui avait fait l'alliance de la droite, du centre et du parti présidentiel LREM.

A 49 ans, Emmanuel Denis est ingénieur. Passé par les combats associatifs avec les parents d'élèves ou les migrants, il est connu pour son opposition aux compagnies aériennes low cost, à la multiplication des enseignes de fast food ou le développement des sports automobiles polluants. Engagé dès 2017 dans un travail de co-constuction de programme baptisé Les Cogitations Citoyennes, il a réussi une large union de la gauche avant même le 1er tour avec les socialistes, les communistes ou La France Insoumise avant de rallier à lui plusieurs candidats éliminés au 1er tour.

A LIRE AUSSI : 4 choses à savoir sur Emmanuel Denis

Ce 28 juin, 3 mois et demi après le 1er tour, l'équipe d'Emmanuel Denis remporte donc la majorité au conseil municipal de Tours avec 54,94% des suffrages et 14 476 voix contre 45,06% et 11 872 voix pour Christophe Bouchet, soit 2 600 bulletins d'écart. Un fossé plus large que ce qu'on aurait pu imaginer en observant la campagne à couteaux tirés dans ces dernières semaines. Finalement, l'écart reste le même qu'au 1er tour déjà remporté par Emmanuel Denis avec 35% contre 25% pour Christophe Bouchet qui n'avait pas encore fait l'alliance avec le candidat LREM Benoist Pierre.

Au final, l'équipe d'Emmanuel Denis remporte 43 des 55 sièges du conseil municipal. Les 12 autres vont à l'équipe de Christophe Bouchet. Au conseil communautaire de Tours Métropole, l'équipe d'Emmanuel Denis aura 29 des 38 places dédiées à la ville de Tours, et celle de Christophe Bouchet disposera des 9 autres.

Néanmoins, cette élection est marquée par une très forte abstention, à peine plus faible qu'au 1er tour. Plus de 65% des électrices et électeurs ne se sont pas déplacés jusqu'au bureau de vote et ce chiffre atteint même 80% dans certains quartiers de la ville. 1,36% des bulletins étaient blancs, 1,64% nuls. Si l'on compare avec le scrutin de 2014, Emmanuel Denis recueille presque autant de soutiens que Serge Babary : 14 476 contre 14 472 il y a 6 ans. Christophe Bouchet fait lui 800 voix de plus que Jean Germain.

A LIRE AUSSI : L'analyse de la soirée sur 37 degrés

Jusqu'en 2026, Tours sera donc une ville gérée par un maire écologiste comme Grenoble l'était déjà, comme Poitiers, Lyon, Strasbourg, Bordeaux ou Besançon le seront également après la vague verte de ce scrutin. Emmanuel Denis sera officiellement installé dans son fauteuil en fin de semaine après un premier conseil municipal lors duquel on devrait connaître l'équipe d'adjointes et d'adjoints qui gouverneront avec lui. On sait déjà que la socialiste Cathy Münsch-Masset, vice-présidente chargée de l'éducation à la région sera première adjointe.

Reste à savoir qui gouvernera Tours Métropole en charge de grands dossiers comme le tram. Pas sûr qu'Emmanuel Denis puisse y imposer son candidat ou sa candidate, le maire de Saint-Cyr Philippe Briand a des chances de conserver son poste grâce à la victoire d'Emmanuel François qui met fin à 100 ans de communisme à Saint-Pierre-des-Corps au profit d'une majorité de sensibilité divers droite.