Tours

Municipales à Tours, le duel : Emmanuel Denis ou Christophe Bouchet, deux visions du sport

On compare les déclarations des deux candidats à 3 jours du second tour.

Dimanche en fin de soirée on saura qui dirigera la ville de Tours jusqu’en 2026 et c’est un scrutin important car les deux équipes qui se font face n’ont pas du tout les mêmes visions des choses. On le comprend par exemple quand on entend les deux têtes de liste parler de sport et en particulier du Palais des Sports qui héberge notamment les matchs du Tours Volley Ball dans la salle Grenon.

Dans l’émission Objectif Maire réalisée par Info Tours et 37 degrés, le maire sortant réaffirme son projet de transformer en profondeur ce bâtiment aux 50 ans d’histoire : « Si on veut du sport vivace et de masse il nous faut de beaux équipements. Grâce aux programmes de rénovation urbaine(en partie financés par l’Etat via l’ANRU) plusieurs salles de sport seront livrées pendant le mandat. On va pouvoir rénover, c’est-à-dire souvent reconstruire, plusieurs équipements. Au Centre Municipal des Sports mais aussi pour le rugby à Tonnelé ou pour le judo. »

Au sujet des salles pour les sports collectifs, Christophe Bouchet plaide également pour deux grandes salles sportives au centre et au nord de la ville, avec une philosophie : « Il ne faut pas faire d’équipements pour les équipes dirigeantes en place dans les clubs mais regarder quels sont les objectifs de la ville à 10, 20 ou 30 ans en termes d’attractivité. »

Toujours dans Objectif Maire, Emmanuel Denis est favorable à une « réhabilitation » du Palais des Sports « car c’est une passoire thermique terrible » mais le projet de son adversaire est jugé « superflu et mégalo. »« On propose des choses moins onéreuses comme de rénover la Rotonde pour en faire un vrai tiers lieu où l’on pratique notamment le sport. Ce sera un vrai projet d’intérêt général » complète celui qui est déjà élu dans l’opposition.

L’écologiste fait par ailleurs la promotion d’un projet de transformation du Tours Football Club pour lequel il imagine un financement via « l’actionnariat populaire. » « Cela fonctionne déjà à Bastia et dans d’autres grands clubs à l’étranger » assure-t-il en affirmant que le propriétaire actuel – Jean-Marc Ettori – est « favorable à ça. Nous avons eu des échanges très constructifs. » Il plaide par ailleurs pour que la mairie favorise l’intégration des jeunes dans les différents clubs.