Tours

Objectif Maire avec Christophe Bouchet : « Il ne faut pas se priver de deux pôles hospitaliers à Tours »

Le candidat du Parti Radical s’exprime sur l’avenir du CHU.

C’est l’événement de la dernière semaine de campagne avant le second tour des élections municipales ce dimanche 28 juin : la rédaction d’Info Tours et de 37 degrés vous propose deux entretiens long format avec les candidats qui se disputent le fauteuil de maire pour les 6 prochaines années. Ce lundi, c’est le maire sortant Christophe Bouchet qui a répondu à nos questions depuis un plateau installé à Mame, dans les locaux d’Arkham Studio. Parmi les sujets abordés : l’alliance avec son concurrent LREM Benoist Pierre, la 2e ligne de tram, le projet de rénovation des Halles ou l’avenir de l’aéroport de Tours.

Il a également été question du CHU de Tours. En tant que maire, Christophe Bouchet est également président du conseil de surveillance de l’hôpital ce qui lui permet d’avoir une influence sur l’activité de l’établissement aux 9 000 salariés, en première ligne ces derniers mois pour la crise du Covid-19 :

« J’ai signé – avec d’autres maires de grandes villes – un appel pour revaloriser les salaires. Si on veut que l’hôpital soit meilleur il faut mieux payer les personnels. Le professeur star est aussi important que la personne qui met les draps à la laverie. »

Sur la question des fermetures de lits, très critiquée par les syndicats du CHU, le candidat de la droite et du centre ne se dit « pas dogmatique » car « il y a de plus en plus une volonté des patients de ne pas rester à l’hôpital. » Alors que les représentants du personnel dénoncent également des suppressions de postes dans certains services, Christophe Bouchet rétorque que « sur le mandat c’est faux il n’y en a pas eu. Il y a même eu des créations. » L’homme dément également les manques de protections pendant les derniers mois, en dépit de plusieurs témoignages internes à l’hôpital.

Dans notre entretien, il a également été question de l’avenir de l’hôpital. D’après Christophe Bouchet, l’épisode du coronavirus doit amener à « regarder ce qui pourrait être fait en cas d’inondation ou d’incident nucléaire. » :

« On est en train de revoir nos plans pour la construction du Nouvel Hôpital Trousseau (à Chambray-lès-Tours, ndlr) et on va vite pour qu’il réponde à nos exigences. Aujourd’hui on ne pas transférer un lit d’un service à un autre. Il faut prévoir un endroit tampon où les lits sont plus adaptables. Nous avons également décidé de supprimer les chambres doubles. C’est un effet du confinement et c’est le bon sens. »

Une information que la directrice générale du CHU avait donnée en primeur à Info Tours et 37° il y a déjà quelques semaines.

Le plan de rénovation du CHU de Tours envisage une ouverture du Nouvel Hôpital Trousseau en 2026 avec le transfert de la biologie, de la recherche ou de la pédiatrie vers Chambray. Puis – peut-être – une fermeture de Bretonneau à l’horizon 2040. Christophe Bouchet n’est pas convaincu de sa pertinence : « On verra. Je pense qu’il ne faudra pas se priver d’avoir deux pôles hospitaliers à Tours. »Une position défendue par un candidat éliminé au 1er tour, Xavier Dateu, qui soutient désormais le maire sortant.

Dernier point : le candidat souhaite « une cohérence d’action entre l’hôpital, la Ville, la Métropole et l’Université. Par exemple qu’on soit sûrs qu’en 2026 on inaugure le CHU Trousseau en même temps que la deuxième ligne de tram. »

Ci-dessous, l’interview intégrale de Christophe Bouchet :