Tours

Après le coronavirus, retour des repas chauds dans les collèges d’Indre-et-Loire

Les établissements poursuivent leur déconfinement.

RAS dans les 54 collèges publics tourangeaux : à Tours, Rameau a rouvert le 2 juin après une fermeture pour cause d’infection confirmée au Covid-19. A part ça, pas de malade. Les 4e et 3e ont donc pu reprendre les cours progressivement il y a quelques jours, toujours avec le masque sur le visage en classe et en cour de récréation. Et bien sûr sans dépasser la limite de 15 élèves par classe.

« Le bouche-à-oreille est plutôt positif. Le message est passé, les enfants sont retournés à l’école. A Joué-lès-Tours on avait 40% d’élèves au collège de l’Arche de Lude » se félicite Judicaël Osmond, le vice-président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire en charge de la gestion des établissements scolaires, admiratif des enseignants qui gèrent à la fois les cours en présentiel et la classe à distance. 400 ordinateurs ont été distribués à des familles qui n’en possédaient pas.

Pour garantir la sécurité sanitaire jusqu’aux grandes vacances, la collectivité maintient son protocole renforcé avec gel hydroalcoolique, sprays virucides à disposition des enseignants ou désinfection poussée des locaux. Le coût : 56 000€ pour 4 semaines selon Judicaël Osmond.

Moins de gaspillage à la cantine

Pour le midi, toujours pas de self mais dès ce lundi certains établissements vont reprendre la distribution de repas chauds : « Cela devrait concerner plus de la moitié des collèges » nous dit l’élu. 3 600 demi-pensionnaires de 6e et 5e restaient sur place pour déjeuner dans les premiers jours. Avec le retour d’expérience, l’administration constate moins de gaspillage, par exemple une nette diminution de la consommation de pain : « On distribue un morceau par enfant et ça suffit. » La part de produits locaux a également progressé et sera encore accentuée à la rentrée via un programme de montée en gamme des menus annoncé avant la pandémie (avec hausse du coût du repas de 4€20 à 4€35, de 3€16 à 3€25 pour le prix payé par les familles).

Le retour en cours en septembre est déjà dans toutes les têtes. Judicaël Osmond ne voit pas trop comment accueillir tout le monde et respecter encore des règles strictes : « Avec 800 élèves à Château-Renault il faudrait étaler la demi-pension de 10h à 15h » illustre le vice-président qui préfère travailler sur l’ancrage des bons réflexes (port du masque, lavage des mains et désinfection).

Un accueil maintenu tout l’été pour certains élèves ?

Par ailleurs, certains travaux prévus cet été ont été décalés aux vacances de la Toussaint ou à 2021. Notamment au collège Rabière de Joué où la réfection d’un des deux bâtiments est reportée d’un an« car il y a de l’amiante et que les entreprises spécialisées ont pris beaucoup de retard sur leurs plannings. » En revanche, le chantier de construction d’un préau au collège de Langeais reste d’actualité avec livraison en septembre.

Reste une question : faudra-t-il accueillir des élèves cet été dans le cadre des vacances apprenantes voulues par le ministre de l’Education ? Une réunion est prévue cette semaine, Judicaël Osmond pense que c’est « une bonne idée » mais « il faut voir quels moyens seront mis en œuvre. » Le Département privilégie ainsi une facture payée par l’Etat pour respecter sa promesse de ne pas augmenter les impôts.