Tours

[En vitrine] 2 Tourangelles recyclent bocaux et conserves en pots de fleurs… et c’est tout mignon

Un projet qui se veut éco-responsable.

[En vitrine] c’est la rubrique d’Info Tours dédiée à l’actualité commerciale tourangelle.

 ---------------

Que faire d’une boîte de haricots verts ou d’un grand bocal de ratatouille complètement vide mais toujours en parfait état ? Certes, on peut jeter l’ensemble dans la bonne poubelle en vue d’un recyclage. Ou le réutiliser. En pot à caryons, oui. En vide-poche, pourquoi pas. Et en pot pour une plante, vous y avez pensé ? Pour changer des contenants en plastique ou en terre cuite.

Un peu de terre, une étiquette pour décorer la tranche, un cactus ou une plante grasse… Et voilà le travail ! Cette mission est assurée par deux femmes qui ont presque le même prénom :

  • Annabel, originaire de La Réunion, qui revendique 10 ans de carrière dans le groupe Canal+ avant sa venue à Tours pour y rejoindre son mari militaire)
  • Annabelle, Tourangelle de toujours, diplômée de l’école Brassart, graphiste de métier

Ces deux mamans se sont rencontrées dans une agence de marketing en 2018… « et on a eu un coup de foudre amical. » Moins de deux ans plus tard, le boulot est plaqué et l’entreprise lancée, avec un nom inspiré des prénoms rapprochés : Aokaré (lire A au carré, comme un morceau d’équation mathématique).

« On voulait faire quelque chose d’utile pour la planète dans le zéro déchet » explique Annabel qui revendique avoir la main verte grâce à son père et son jardin tropical dans l’Océan Indien. Via des partenariats avec la cuisine centrale de Tours, le CHU ou Le Drive du Bon Sens récemment ouvert à Chambray elles récupèrent des bocaux et conserves usagées, vont à Saumur pour acheter « des plantes françaises cultivées sans pesticides et sans engrais » et réalisent leurs compositions dans le grand garage d’Annabelle, graphiste qui se charge aussi de réaliser les étiquettes avec 16 motifs différents et des messages personnalisables selon les envies de la clientèle.

Créée début 2020, la petite entreprise essaie de sortir la tête de l’eau à l’heure du déconfinement. Elle commercialise ses terrariums en direct ou dans deux boutiques du département (Thipi à Bléré, La Manufacture à Joué-lès-Tours) et s’apprête à clore une campagne Ulule pour financer l’acquisition d’une imprimante professionnelle pour les messages accolés sur les pots. En bonus, Aokaré vend des bougies dans des petits pots pour bébés, réalisées à partir de cire de soja française et de parfums de Grasse. Et si vous confiez votre propre contenant en vue d’accueillir une plante, vous bénéficiez d’une remise. Jamais garder une boîte de tomates pelées n’aura été aussi utile/

PS : pas besoin de mettre trop d’eau aux plantes mais donnez-leur de la lumière en abondance. Et si vraiment vous n’avez pas la main verte, elles sont fournies avec mode d’emploi.