Tours

Municipales à Tours : Ce sera un duel entre Emmanuel Denis et Christophe Bouchet

Le 2e tour aura lieu le 28 juin.

Dimanche 28 juin, les électeurs sont appelés à voter à Tours pour le 2e tour des élections municipales. Après les résultats du 1er scrutin, le 15 mars dernier, dans les circonstances que l’on sait et le début de l’épidémie du Covid-19, Emmanuel Denis, le candidat écologiste était arrivé en tête avec 35,46% des suffrages exprimés, devant le maire sortant Christophe Bouchet (25,62) et le candidat LREM Benoist Pierre (12,67%), tous trois qualifiés au second tour.

Si la campagne a été mise en pause pendant le confinement et la crise, en coulisses les choses ont bougé. Ce mardi, Christophe Bouchet et Benoist Pierre ont annoncé qu’ils feront liste commune pour le 2e tour, avec l’espoir que cette alliance permettra de battre le candidat écologiste, qui fait figure de favori.

En tête de liste on retrouvera donc Christophe Bouchet avec un ticket qui mènera Benoist Pierre au poste de 1er adjoint en cas de victoire. Plus largement, ce sont 16 membres de la liste de Benoist Pierre qui rejoignent celle du maire sortant. Parmi ces derniers on retrouve Barbara Darnet-Malaquin, Pierre Commandeur, David Chollet, Gérard Chautemps, Céline Delagarde, Dominique Roy ou encore Loïc Guilpain…

Si on leur pose la question de la nature de cette alliance, Christophe Bouchet et Benoist Pierre affirment en chœur qu’elle est naturelle au regard de la situation actuelle et de la crise liée au Covid. Les deux hommes évoquent ainsi un « esprit de responsabilités » :  « Les priorités ont changé » affirment-ils en évoquant la crise sanitaire, sociale et économique à venir. Pour affronter celles-ci, l’équipe de Benoist Pierre a cherché des garanties auprès de Christophe Bouchet et ses proches et les a obtenues à les écouter.

Les deux listes du premier tour sont ainsi tombées sur trois points d’accord principaux dans les priorités à mener en cas de victoire le 28 juin :

– La relance : « Les conditions ont changé, il faut sortir de la crise au mieux. Et nous pouvons le faire grâce à nos expériences et notre pragmatisme » affirme ainsi Christophe Bouchet.

– La méthode de gouvernance : Un point essentiel du programme de Benoist Pierre, qu’il n’a cessé de mettre en avant durant la campagne d’avant premier tour. A ce sujet, ce dernier affirme avoir obtenu les garanties d’écoutes de la part du maire sortant. « Benoist et son équipe nous ont convaincus sur le fait d’être plus à l’écoute, qu’il faille plus d’échanges et des manières de faire différentes » a commenté pour sa part Christophe Bouchet.

L’ambition commune : 3e axe, celle d’une ambition commune, d’une « ville forte au sein d’une métropole forte ». Dans ce domaine, les deux hommes s’accordent à défendre une continuité dans l’exécutif métropolitain avec une présidence allant à Philippe Briand mais aussi avec un poids accru de la ville de Tours, ne serait-ce que par sa future représentation de 38 conseillers sur 87, contre 11 sur 55 aujourd’hui.

Les deux hommes affirment désormais vouloir œuvrer pour Tours, « une ville à un tournant de son histoire » selon Christophe Bouchet qui parle d’une projet « pragmatique à l’opposé d’une idéologie calquée » en ciblant celui de son adversaire Emmanuel Denis.