Tours

Christophe Bouchet : « L’absence de congrès, de séminaires et d’événements a des répercussions fortes sur l’économie locale »

Il s'inquiète notamment pour Tours Événements et le secteur hôtelier.

Le maire de Tours ne cache pas son inquiétude de voir le secteur du tourisme et plus particulièrement celui du tourisme d’affaires à l’arrêt. Un danger selon lui pour Tours Evénements, la structure propriété de la ville, mais aussi pour le secteur de l’hôtellerie dont la bonne santé repose en partie dessus. « Nous sommes dans une région où le tourisme d’affaires est plus important que le tourisme de loisirs, la période actuelle est donc catastrophique » constate ainsi Christophe Bouchet, en s’appuyant sur les données d’occupation des hôtels selon les périodes.

« L’absence de congrès, de séminaires et d’événements a des répercussions fortes sur l’économie locale » poursuit-il, tout en s’inquiétant de la situation future et celle de Tours Evénements qui s’en retrouve également impactée. « Le juge de paix sera la Foire »prédit le maire de Tours, c’est-à-dire si elle peut se tenir à l’automne ou non et dans quelles conditions. Elle est actuellement prévue du 10 au 18 octobre.

« Tours Evénements a eu une politique prudente depuis des années, ce qui fait que la structure peut passer la crise, mais elle s’en trouve fragilisée » analyse encore Christophe Bouchet. Une fragilité qui pourrait remettre en cause certaines perspectives. Le maire de Tours note ainsi que des travaux importants doivent être engagés au Palais des Congrès. Des travaux normaux, d’usure, celui-ci ayant désormais plus de 25 ans explique le maire de Tours mais qui ont un coût certain. Il convient dès lors de bien calibrer les attentes envers Tours Evénements, gestionnaire des lieux ainsi que du Parc des Expositions.

Pour faire face à tout cela, mais aussi permettre à Tours Evénements de rester un acteur important de la promotion du territoire, le maire de Tours verrait bien passer cet outil dans la sphère de la Métropole, estimant que la structure est de niveau intercommunal, en bénéficiant à toutes les villes de l’agglomération et même de la région. « Au regard des compétences de chacune des collectivités, pourquoi pas envisager un co-actionnariat Ville/Métropole/Région, à l’image de ce qui se fait pour l’aéroport » avance ainsi Christophe Bouchet.

Le maire de Tours participait d’ailleurs ce jeudi matin à un comité interministériel avec Edouard Philippe sur le tourisme, en tant que représentant de France Urbaine, l’association regroupant les villes françaises de plus de 100 000 habitants. Des échanges, il retient surtout la grosse inquiétude sur un rebond du virus qui pourrait contrecarrer la reprise des activités.

Quelques hypothèses de prolongement du déconfinement ont néanmoins été publiées par Edouard Phillipe à l’issue de cette réunion comme la possible réouverture des bars et restaurants à compter du 02 juin. « Attention car le Ministère de la Santé reste ferme sur l’espace à libérer pour rouvrir les lieux »nuance Christophe Bouchet. Chaque établissement devrait en effet libérer 4m² par personne pour pouvoir de nouveau recevoir des clients, selon les premières informations diffusées. De quoi entraîner des contraintes parfois difficilement pour certains lieux exigus. Une décision de réouverture qui ne sera prise par ailleurs que fin mai, ne laissant que peu de temps aux professionnels pour se préparer à cette étape.