Tours

Tours Métropole : la distribution des masques va s'intensifier

L'agglo en a commandé 400 000 à une entreprise de Saint-Avertin.

Ils vont être obligatoires dans les transports en commun et dans certains commerces : chaque jour qui passe les masques deviennent un peu plus indispensables pour se protéger du coronavirus. Pour aider la population à s'équiper, les collectivités locales commandent en masse ces accessoires sanitaires. Tours Métropole a ainsi signé un contrat pour 400 000 masques en tissu lavables et réutilisables, fabriqués en local par l'entreprise Médical Z de Saint-Avertin, spécialisée dans la fabrication de dispositifs médicaux. Les masques seront ainsi validés par les plus hautes autorités : Laboratoire Pasteur de Lille, médecine du travail et Direction Générale des Armées. Toutes ont étudié des prototypes pour les certifier.

Ce lundi 4 mai, l'agglomération annonce qu'elle sera livrée entre le 15 mai et le 15 juin par la société. Sans attendre, elle va donc entamer la distribution de masques FFP1 (masques jetables) via ses propres stoccks, histoire qu'un maximum de personnes soient équipées au moment du déconfinement programmé pour le 11 mai. Les distributions vont donc s'intensifier pour les 300 000 habitantes et habitants de ses 22 communes. Elles ont déjà débuté dans certains cas, par exemple à Tours pour les personnes les plus âgées. Ce sont d'ailleurs les maires qui sont chargés d'organiser un modèle de remise des masques au grand public (porte à porte, envoi par courrier, remise en main propre dans des lieux pensés exprès pour ça...).

Certaines communes ont déjà défini des modalités de distribution. Les infos sur notre carte, disponible ici.

Même réutilisables, ces masques ne seront pas suffisants. On peut seulement les garder 4h et les laver quelques fois. En cas de sorties répétées il faudra donc compléter avec les masques fournis par l'employeur, ou en acheter soi-même en grandes surfaces, en pharmacie, en bureau de tabac ou dans certains commerces indépendants qui en proposent. Dernière option : en fabriquer soi-même.