Tours

Lycées, cars scolaires, trains, tourisme : le plan de déconfinement en Centre-Val de Loire

La Région a fait un point sur le sujet.

Si le ralentissement de l’épidémie de Covid-19 se confirme, le déconfinement progressif va commencer le 11 mai. On pourra sortir sans attestation dans un rayon de 100km, se réunir (au maximum à 10) dans les lieux publics ou privés, retourner chez le coiffeur… Le plan présenté mardi par Edouard Philippe va tout de même nécessiter un grand nombre d’adaptations pour respecter les fameux gestes barrières et éviter de nouvelles contaminations. Pour les mettre en place, le gouvernement fait confiance aux régions et aux départements. Voici donc ce qui est prévu en Centre-Val de Loire…

-----------------

Les lycées :

Edouard Philippe a annoncé que la reprise se ferait en priorité dans les lycées professionnels, et pas avant le mois de juin pour laisser la priorité aux écoles et aux collèges. L’enseignement à distance va donc perdurer, possiblement jusqu’aux grandes vacances. Pour que ça fonctionne, le président du conseil régional François Bonneau indique que « la bande passante a été multipliée par 10 pour que tout le monde puisse se connecter. » 400 ordinateurs ont été fournis à des élèves non équipés et la collectivité étudie la possibilité d’ouvrir des lieux pour les jeunes qui auraient des difficultés pour travailler depuis chez eux, tout en respectant les règles de distanciation sociale « pour que les écarts ne se creusent pas. » C’est la vice-présidente tourangelle Cathy Munsch-Masset qui se charge de ce dossier.

Orientation :

De nombreuses journées portes ouvertes ont été annulées à cause du confinement. La région va donc déployer plus tôt que prévu son dispositif « Assure ta rentrée » pour aider les futurs étudiants sans affectation. Ils peuvent aussi demander des conseils pour leur avenir via l’application YEPS dédiée aux jeunes en Centre-Val de Loire. La Région veut également proposer une plateforme de mise en relation entre employeurs et apprentis pour faciliter l’accueil en entreprise « dans une période où le démarchage est plus compliqué. »

Cars scolaires :

La règle imposée par le gouvernement est claire : pas plus d’un siège sur deux occupé dans les cars à la réouverture des établissements. Pour la respecter, la Région table sur une autre mesure nationale exigeant un maximum de 15 élèves par classe. Grâce aux machines pour valider les titres de transport elle adaptera au jour le jour l’offre Rémi. Les chauffeurs seront masqués et les véhicules désinfectés quotidiennement, les abribus seront eux nettoyés beaucoup plus souvent que d’habitude (une fois par semaine). « C’est un travail gigantesque » assure le vice-président aux transports Philippe Fournié. La crainte : que des enfants ne puissent pas monter dans un bus parce que 50% de ses places sont déjà occupées. Certaines lignes seront renforcées si besoin, en réaffectant des cars qui ne circuleront pas aux heures creuses sur les autres axes régionaux. « On ne veut surtout pas qu’il y ait un retour vers la voiture individuels par des parents qui auraient peur d’un manque de transports » indique l’élu.

Les trains :

A partir du 11 mai, la Région promet que toutes les lignes de TER Rémi seront ouvertes avec un service renforcé de 6h à 9h30 et de 16h30 à 18h30. Un retour « à un plan de transport assez satisfaisant où on dépassera 80-90% des trains en circulation » est espéré… fin mai-début juin. Pour respecter la distanciation sociale, il n’y aura plus de différence entre 1ère et 2e classe : on pourra s’asseoir partout sans problèmes. En revanche les trains Rémi Express seront à réservation obligatoire et les élus étudient la possibilité de contrôles à l’entrée des quais pour filtrer les passagers. « On pourrait aussi éditer des billets spéciaux pour les abonnés. L’objectif c’est que les gens prennent l’habitude de s’organiser avant de voyager » note Philippe Fournié.

Economie et tourisme :

La région Centre-Val de Loire a « dépensé l’équivalent d’un an d’aides économiques en un mois », autrement dit elle a mobilisé 60 millions d’€ pour les entreprises et fourni 2 millions de masques à 1 700 sociétés. Elle a créé un Fonds Renaissance de 10 millions d’€ pour accompagner la reprise, par exemple aider un fleuriste à investir pour se reconstituer un stock au moment de la réouverture. François Bonneau espère que la crise entraînera une relocalisation de l’industrie en Centre-Val de Loire où elle représente déjà 20% des emplois contre 14% pour la moyenne nationale. Il plaide également pour une réouverture rapide des sites touristiques et prépare une grande campagne de communication à destination des touristes français pour les encourager à se rendre dans notre région pour leurs vacances.