Tours

Tours : Maintien des subventions aux associations, prime pour les employés municipaux...

Ce sera abordé lors d'un conseil municipal extraordinaire...

Le 05 mai prochain il y aura un Conseil Municipal extraordinaire pour les élus de la ville de Tours. Ce dernier se tiendra forcément dans des conditions particulières. Déjà parce que ce sont les élus de la mandature 2014-2020 qui siègeront, vu que les élections municipales de cette année n'ont pas été au bout. De plus, afin de respecter les règles de distanciation sociale en vigueur, seulement un élu sur trois pourra se rendre dans l'habituelle salle du Conseil Municipal, proportionnellement à la représentativité des différents groupes politiques de la majorité et de l'opposition. Les autres élus (comme les habitants) pourront suivre les débats en direct sur le site de la ville.

Un conseil où il sera notamment question de valider le plan de relance économique pour les commerces de la ville baptisé "Plan Etincelle" (lire notre article ici).

Une prime Covid-19 pour les agents municipaux

Parmi les autres sujets à l'ordre du jour, notons l'adoption de la "prime Covid-19" pour les agents municipaux ayant travaillé en présentiel depuis le début du confinement. Cette prime elle est fixée à 500 euros par agent et sera couplée par un bon d'achat de 50 euros par personne valable dans les commerces. Au total, ce sont 135 000 euros qui sont fléchés par la ville pour le versement de la prime Covid-19.

Les subventions aux associations maintenues

La question des subventions aux associations sera également abordée lors de ce conseil municipal. La ville souhaite maintenir le montant des subventions validé préalablement y compris pour celles qui avaient été fléchées pour des événements qui ont dû être annulés en raison de la crise sanitaire.

Le dispositif de Cahors gelé en 2020

"Plan Etincelle" pour la relance du commerce d'un montant d'1,5 million d'euros, prime pour les agents pour 135 000 euros... La crise enclenche des dépenses imprévues pour la ville de Tours, avec une question en suspens : comment financer cela ? L'adjointe aux finances Hélène Millot explique qu'une ligne "dépenses imprévues" avait été émise lors du vote du budget en février dernier, pour un montant d'1,4 million d'euros. Par ailleurs, des économies se font également sur certaines dépenses en raison d'une baisse des activités.

Malgré tout afin d'aider les collectivités locales à faire face à des dépenses inédites, l'Etat a décidé de geler pour l'année 2020 le dispositif de Cahors qui interdisait aux collectivités locales d'augmenter de plus de 1,2% par an leurs dépenses de fonctionnement.