Tours

[En vitrine] Confinement à Tours : le boom des livraisons à vélo

L’entreprise Tours’N Messengers fonctionne bien en ce moment.

[En vitrine] c’est la rubrique d’Info Tours consacrée à l’actualité commerciale en Indre-et-Loire.

 ----------------

Depuis le début du confinement pour lutter contre le coronavirus, on assiste à une mise à l’arrêt assez impressionnante de notre économie. Seuls les services essentiels poursuivent leur fonctionnement. Et certaines habitudes changent, en particulier le besoin de se faire livrer à domicile parce que ça nous garantit une limitation drastique des contacts avec d’autres personnes… et donc des risques de contamination.

Résultat : alors que de nombreuses sociétés souffrent, quelques entrepreneurs sont plutôt en forme, dont Tours’N Messengers, jeune association de livraison à domicile à vélo. Son histoire a commencé il y a tout pile un an, le 13 avril 2019 : « On est trois passionnés de vélo. On s’est rencontrés en travaillant pour les plateformes de livraisons de repas » raconte Damien. Avec le temps, le nombre de coursiers augmente et les revenus baissent alors le trio a changé de braquet, délaissant la restauration (à une exception près pour Pizza Hut) afin de rendre service aux commerces de proximité.

« Notre objectif c’est de privilégier le commerce local, au maximum bio et sans emballages » raconte Damien, un fervent défenseur du concept de l’emballage consigné qui collabore par exemple avec BioCité à Tours Centre, Le Drive du Bons Sens à Chambray ou l’épicerie Sur la Branche Place de la Victoire. L’association propose ses services aux commerces qui peuvent ensuite suggérer la livraison à leur clientèle, au tarif et aux conditions de leur choix. Pour sa part Tours’N Messengers facture les boutiques pour chaque commande livrée que ce soit pour des achats réalisés à distance (téléphone ou Internet) ou parce que le poids des courses est trop lourd.

Avec le confinement, la demande augmente : « On a par exemple livré pas mal de chocolats de Pâques avec la boutique Caffet des Halles de Tours » souligne Damien dont l’essentiel de l’activité est concentré sur l’alimentaire. Les créneaux de remise des achats sont définis à l’avance, par exemple 15h-18h30. Vu la situation, les coursiers sont équipés de masques, ils déposent les colis devant la porte de l’immeuble sans monter dans les étages. Une adaptation qui ne gâche pas le plaisir de travailler : « Il fait beau, pas trop chaud, il n’y a pas beaucoup de circulation… Si ça pouvait être comme ça toute l’année ce serait royal ! » s’enthousiasme le coursier qui espère un fort développement de ce type d’activités, pour réduire la place de la voiture en ville.