Tours

Distribution de courses, aide au logement… Le vaste élan de solidarité de Claire Lefranc

Elle est à l’initiative du groupe Tours Ensemble contre le Covid-19.

Il y a cette annonce pour aider une sage-femme qui cherche un logement en urgence, une livraison de chocolats en EHPAD, l’organisation d’opérations de soutien aux petits producteurs… Des demandes d’aide ou des projets d’actions relayés via des posts sur le groupe Facebook Tours Ensemble contre le Covid-19, ou la page du même nom. Plus de 400 membres d’un côté, plus de 600 abonnés de l’autre. Face à l’écran, une jeune femme qui passe ses journées à coordonner les élans bénévoles pour faciliter le confinement à des personnes en galère : Claire Lefranc.

Dans sa famille, la solidarité on a ça dans le sang. Arrivée à Tours un peu avant son fiancé qui termine des études de médecine elle ne se voyait pas ne rien faire pendant cette période particulière. C’est pour ça qu’elle a lancé ce mouvement pour connecter les besoins et les disponibilités de chacun à l’échelle de la ville de Tours (mais aussi depuis peu sur La Riche, peut-être plus tard dans d’autres communes).

« J’ai beaucoup de personnes âgées qui m’ont appelée, des familles isolées… On cherche des solutions rapides aux problèmes en un minimum de temps. Mon téléphone sonne toutes les 5 minutes »

Quelques heures avant notre appel, Claire Lefranc a par exemple permis à une famille de la Rotonde de récupérer un colis de courses livré par une bénévole. La cargaison ayant précédemment été récupérée dans les locaux de La Table de Jeanne-Marie à Febvotte.

Objectif des opérations : privilégier la proximité par quartier, car l’idée du confinement reste quand même de limiter les déplacements. « J’ai tous les bénévoles au téléphone avant de les envoyer » précise bien Claire Lefranc qui ne veut pas se substituer au travail que font les associations, simplement coordonner les besoins, donner la bonne information à la bonne personne et au bon moment.

« Il faut que chaque problème trouve sa solution. Là on est en train de voir ce qu’on peut faire avec un stock de combinaisons de bricolage donné par Leroy Merlin. On travaille d’ailleurs avec la Chambre de Commerce et d’Industrie pour entrer en contact avec les professionnels qu’on a du mal à toucher vu que l’économie est à l’arrêt. »

Au fil des jours, Claire Lefranc a tissé tout un réseau de bonnes volontés pour « mutualiser les forces ». Elle ne veut pas tout centraliser, et d’ailleurs encourage les propositions de nouvelles initiatives, de toute nature, même pour un jour : « Chacun amène ce qu’il veut tant que c’est une action solidaire et bienveillante. » La Tourangelle passe des journées marathon, mais elle en voit le bénéfice : « Il y a des personnes qui m’appellent ou m’écrivent juste pour me dire merci et ça fait chaud au cœur. » De quoi – peut-être – envisager de pérenniser un tel dispositif au-delà du confinement.