Tours

Coronavirus à Tours : jusqu’à 18 000 masques fabriqués chaque semaine

Déjà 25 000 en stock, prêts à être distribués.

Emmanuel Macron l’a dit lundi soir devant 37 millions de Françaises et de Français : il charge les communes d’organiser une distribution de masques sur leur territoire. Objectif : avoir un maximum de personnes équipées à l’heure du déconfinement, envisagé de façon progressive à partir du 11 mai. Pas d’obligation formelle de porter un masque donc, mais une incitation très forte et peut-être des mesures spécifiques (pour les personnes qui reçoivent du public ou les transports en commun)… Les choses restent à préciser.

Sans attendre le détail des consignes du gouvernement, plusieurs communes d’Indre-et-Loire se sont engagées dans un processus de fabrication de masques à grande échelle. On ne parle pas de masques chirurgicaux ou FFP2 (encore plus efficaces) toujours destinés en priorité aux soignants (à l’hôpital, en EHPAD ou à domicile) mais de masques en tissu qui ont tout de même une certaine efficacité si on s’en sert correctement (sans les toucher) et qu’ils sont lavés après chaque utilisation.

La Riche a été la première commune tourangelle à annoncer la commande de masques pour l’ensemble de ses habitants (10 500) suivie par Joué-lès-Tours ou Chinon. Un peu partout, des couturières et couturiers s’activent, parfois reliées au groupe Facebook Les Couturières Masquées du Centre-Val de Loire. Le protocole est précis : on n’utilise pas n’importe quel tissu, ni n’importe quel modèle de patron. Des normes ont été définies pour garantir une certaine protection.

Et à Tours ? Là-aussi une fabrication d’ampleur est en cours. Ça a commencé dès le début du confinement avec la mobilisation de 4 couturières salariées de la ville, vite rejointes par des centaines de bénévoles. Le maire Christophe Bouchet affirme désormais que cette équipe est capable de fabriquer 14 à 18 000 masques par semaine. 25 000 masques sont déjà en stock, et la distribution va débuter lundi 20 avril : 1 000 masques pour les associations et les commerçants encore ouverts, 24 000 masques pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Pour les récupérer ça se fera via les marchés, par portage à domicile ou encore via les agences postales. Le reste de la population sera équipé plus tard, en fonction des fabrications. Rappelons d’ailleurs que si vous avez des tissus à donner, les mairies les récupèrent.

Mais comme l’Indre-et-Loire compte plus de 600 000 habitantes et habitants, il faudra aussi se fournir à l’extérieur pour équiper toute la population. Mardi le Conseil Départemental a indiqué qu’il financerait la moitié de la facture payées par les mairies, dans la limite de 5€ le masque.