Tours

Coronavirus en Touraine : Ils fabriquent des visières et des masques pour les soignants

C'est ce qu'on appelle des "makers"

Depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus, les initiatives solidaires se multiplient. On vous a déjà parlé par exemple des couturières qui réalisent des masques en tissu pour les soignants. D’autres ont décidé de mettre à profit leurs compétences et leurs matériels professionnels ou personnels pour réaliser des visières et masques pour ces mêmes personnels soignants.

Côté pile, on pourrait s’interroger sur la nécessité de telles initiatives. En effet, derrière ces beaux gestes, se cache le manque de matériel notamment dans les hôpitaux. La directrice du CHU de Tours en personne alertait d’ailleurs à ce sujet en début de semaine, évoquant un risque de pénurie de surblouses ou encore de certains médicaments.

L’inventaire de notre système de santé devra être ainsi fait à l’issue de cette crise sans précédent, mais qui remet en cause les certitudes et les fondements de l’évolution de notre société. Mais l’heure du bilan n’est pas encore arrivée et il faut pour le moment saluer celles et ceux qui font preuve de solidarité pour venir en aide aux soignants.

Des masques respiratoires à partir de masques de plongée

Parmi ces initiatives, une venue d’Italie fait petit à petit son chemin en France. Médiatisée depuis quelques jours, elle consiste à se servir de masques de plongée issus de l’enseigne Decathlon pour les transformer en masques respiratoires. A Tours, un collectif composé aujourd’hui d’une centaine de personnes s’est créé dans ce but. Marc Eftimakis fait partie de ce collectif. Il explique avoir eu l’idée après avoir vu des messages sur les réseaux sociaux. Après avoir envoyé un message aux magasins tourangeaux de l’enseigne de sport (avant que celle-ci ne décide au niveau national de stopper la vente de ces masques), il a reçu un soutien de la directrice du magasin de Tours Nord qui a accepté de retirer de la vente sa cinquantaine de produits pour en faire un don en vue de les transformer. Le collectif nommé « Makers contre le Covid 37 » s’est alors rapproché du CHU de Tours. « Nous avons fait tester les masques pour savoir s’ils étaient efficaces » explique Marc Eftimakis.

L’idée du groupe va plus loin puisqu’ils proposent et mettent à disposition des tutoriels et des plans pour réaliser des visières également en plastique. « Ce sont des choses assez simples que l’on peut faire avec des imprimantes 3d ».

Une cagnotte pour réaliser des milliers de visières

Avec une simple plateforme créée sur Discord (lien : https://discord.gg/FGaFXr9), le collectif met en relation une centaine de personnes donc, volontaires pour aider à différents niveaux : les imprimeurs, ceux qui gèrent la logistique, quelques-uns également à la distribution, directement au CHU ou dans les différents CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé) du département.

Pour réussir à fabriquer tout cela, le collectif de « makers » a pu compter également sur des partenaires Leroy Merlin, Bureau Vallée, Cultura ou encore la MGEN. Ils ont également lancé une cagnotte en ligne avec l’espoir de récolter au moins 5000 euros, une somme qui permettrait de réaliser selon Marc Eftimakis de créer 100 masques à oxygène et 3 200 visières de protection. « Quand on donne 15 euros cela permet de réaliser 10 visières » conclue notre interlocuteur.

Le lien vers la cagnotte

A noter que d'autres initiatives similaires existent également. Un Tourangeau nous a ainsi partagé ce lien ce jeudi soir par message : https://www.covid3d.fr

"C'est un système qui gère l'ensemble en France et où la production est régionalisée. De toute façon vu la situation en ce moment, mieux vaut avoir quelques doublons car nous n'avons pas le temps de centraliser tout cela" nous explique-t-il.