Tours

Avec le confinement « les oiseaux reprennent leurs comportements normaux »

La Ligue de Protection des Oiseaux d’Indre-et-Loire invite à les observer attentivement.

Vous l’avez peut-être remarqué ces derniers jours, on entend beaucoup plus les oiseaux, beaucoup moins les voitures. Un effet du confinement sur l’ambiance sonore, notamment en ville. Sur les réseaux sociaux, on découvre aussi des images de canards qui se baladent Rue Colbert, Rue du Commerce ou au-delà des grilles du Jardin des Prébendes… ce qui n’est pas si habituel d’après les personnes qui résident dans ces quartiers.

Peut-on en conclure que cette période de confinement fait du bien à la nature ? « On commence seulement à constater. C’est seulement dans quelques mois que l’on verra s’il y a des répercussions » prévient tout de suite Jean-Michel Feuillet pour la Ligue de Protection des Oiseaux en Indre-et-Loire. Son association vient de mettre en place une plateforme Tous aux Aguets pour appeler citoyennes et citoyens à observer les espèces d’oiseaux depuis leurs fenêtres : « On peut facilement en identifier 10 ou 15, voire une trentaine si on est habitué » nous dit le spécialiste qui vit à Cinq-Mars-la-Pile… et qui a récemment vu un faisan au beau milieu d’une pelouse, une première.

Des migrateurs en retard

« Quand la pression humaine est moins importante il y a un retour de la vie instantanée. Si on raisonne à l’échelle de l’existence des espèces – plusieurs millions d’années – elles reprennent leurs comportements normaux » explique Jean-Michel Feuillet. « Des gens se plaignent qu’on observe une perte de biodiversité. Ce confinement est un bon moyen d’observer qu’il n’y a pas besoin d’aller au bout de la planète pour voir de nombreuses espèces animales. » Mais attention : ce n’est pas une raison pour nourrir les oiseaux, en cette période les espèces présentes en Touraine n’en ont pas besoin (elles mangent essentiellement des insectes).

D’ailleurs, où en sommes-nous avec les oiseaux migrateurs ? « Pour l’instant ils sont bloqués par les vents d’Est » constate Jean-Michel Feuillet. Les hirondelles devraient arriver ces jours-ci mais elles sont encore bloquées en Espagne. Les coucous ne se manifestent que quand il faut chaud. Et plusieurs oiseaux d’hiver sont toujours là comme les pinsons et les linottes.

Plus d’infos sur la page Facebook de la LPO Touraine.