Tours

Coronavirus en Touraine : faut-il autoriser les papas en salle d’accouchement ?

La stratégie diffère selon les établissements.

La crise du coronavirus est inédite à plus d’un titre. Depuis le 17 mars à midi, la France est confinée pour ralentir l’épidémie et éviter une saturation complète des hôpitaux. Très exposés, les établissements de santé mettent en place des mesures drastiques pour limiter les risques de contamination. Ainsi, le CHU de Tours interdit les visites pour les adultes hospitalisés (seulement un parent à la fois pour les enfants à Clocheville, et aucun autre membre de la famille accepté).

Si ces mesures semblent plutôt bien acceptées, une autre décision suscite parfois incompréhension et déception, voire colère : les restrictions de visites pour les papas au moment de l’accouchement. Deux visions s’opposent :

  • Au CHU de Tours, la maternité de Bretonneau autorise les pères en salle de naissance (avec un masque et tout un équipement de sécurité) mais ensuite plus aucune visite autorisée jusqu’à ce que la mère quitte la maternité
  • A la clinique de l’Alliance de Chambray-lès-Tours, aucun père dans l’établissement, même pour l’accouchement

« Je fais partie des mamans qui ont accouché seules et personnellement je ne m’en remets toujours pas d’avoir été privée de mon conjoint. Il m’a manqué ma moitié, mon pilier, un vide quand tu te retrouves seule en chambre. Un mélange d’émotion entre la joie d’avoir notre fille et bouleversée par les circonstances » écrit une jeune maman sur la page Facebook du pôle santé (que nous avons tenté de joindre, sans succès). « Mes derniers jours de grossesse sont complètement gâchés » déplore une future patiente sous le même post expliquant qu’il s’agissait d’une mesure de protection pour le personnel et tous les autres patients, parfois dans un état fragile.

Pour compenser en partie l’absence du père, une solution a été mise en place : le visio-accouchement. A distance, ces hommes peuvent donc voir ce qu’il se passe en direct dans la salle de naissance et participer à ce moment unique (ce qui se fait au passage dans plein d’autres villes de France). « J'ai accouché hier et papa était en visio c'était top. Il a été aussi ému que si il était à côté. Les équipes sont au top pour toujours satisfaire les mamans en cette période difficile » raconte une femme, toujours via Facebook.

Interdire la venue des papas c’est une décision « prise à l’unanimité par la cellule de crise »souligne un communique de la clinique Vinci. Néanmoins, certains professionnels défendent le choix inverse, notamment le gynécologue alsacien Philippe Deruelle, président du Collège National des Gynécologues : « Je crois qu’on peut maintenir la présence des papas en mettant en place une organisation extrêmement militaire et rigoureuse » disait-il sur France 5. L’Organisation Mondiale de la Santé défend également la présence d’une personne pour accompagner une femme qui donne la vie.