Tours

Coronavirus et confinement : les abonnés Fil Bleu pas prélevés en avril

Ils pourront tout de même voyager.

La question revient souvent depuis plusieurs jours : avec le confinement pour lutter contre le coronavirus, les abonnés Fil Bleu allaient-ils devoir payer pour un service qu'ils n'utilisent pas ou très peu ? L'entreprise Keolis qui gère les bus et le tram dans l'agglo de Tours vient de répondre : non. En avril, l'ensemble des abonnés mensuels ne seront pas prélevés, mais leur titre de transport reste valable quel que soit son tarif. Une décision prise alors que le confinement sera très probablement prolongé au-delà du 31 mars, peut-être pour tout ou partie du mois d'avril.

La décision de Fil Bleu rejoint ainsi celle de la région Centre-Val de Loire qui rend l'abonnement Rémi gratuit en avril pour les usagers réguliers des cars et des trains (6 500 dans les six départements).

On rappelle que depuis une bonne semaine, le trafic bus et tram est fortement perturbé à Tours et dans toute la métropole. Habituellement, 170 bus et 21 rames peuvent circuler aux heures de pointe. Actuellement on compte au maximum 50 bus et 10 tramways en dehors du dépôt au plus fort de la journée. Seuls 100 chauffeurs sur 500 sont mobilisés, une partie des équipes se retrouve donc au chômage partiel ou en arrêt (pour maladie ou garde d'enfant).

"Notre offre s'adapte selon les besoins" explique Fil Bleu. Par exemple le dernier départ de bus a été retardé le soir au CHU Trousseau après la demande d'un groupement d'infirmiers."Si nécessaire nous renforcerons aussi la desserte des cliniques" poursuit le service communication de Keolis. Pour limiter les risques de contamination, les véhicules sont entièrement désinfectés entre chaque relève de conducteur. Ils arrêtent également de prendre de nouveaux passagers dès qu'ils sont pleins à 40-50% afin que les voyageurs puissent respecter les distances de sécurité les uns envers les autres.

D'ailleurs, le nombre de trajets a fortement baissé depuis le début du confinement. Pas de chiffres précis mais on est loin des 150 000 validations habituelles de titres de transport. Fil Bleu, qui a fermé son agence Rue Michelet et interdit la vente de tickets à bord, invite tout de même à poursuivre la validation de son pass afin d'adapter le réseau aux besoins de la population.