Tours

Coronavirus à Tours : les marchés s’organisent pour ne pas fermer

Commerçants et clients s’adaptent.

La décision est tombée vendredi après-midi : Amboise suspend ses marchés pendant un mois. Le vendredi comme le dimanche. « A Tours, si un seul marché ne se passe pas bien on craint la fermeture de tous les autres » explique un commerçant installé ce samedi matin quartier Beaujardin. « Il y a du monde mais ce n’est pas la même ambiance que d’habitude » souffle une de ses collègues.

Pas la même ambiance, c’est un fait : déjà les stands non alimentaires sont interdits. Un boulanger de Veigné qui vient chaque semaine a choisi de concentrer son activité sur sa boutique physique, les poissonniers ne sont pas là, tout comme le marchand de plats cuisinés libanais. Au sol, de l’adhésif ou des traits de craie invitent la clientèle à rester bien espacée. La consigne est claire : 1m entre chaque personne. Il y a du cellophane, des plots ou des cagettes en guise de barrières de fortune. Un stand de produits laitiers précise que le paiement par carte sans contact est encouragé sans montant minimum. Pour les commerçants qui ne sont pas équipés d’un terminal c’est le système D : un maraîcher prend les pièces et rend la monnaie dans une boîte en plastique. Un autre continue de récupérer les emballages vides mais dans une cagette à part, pour ne pas les toucher.

Dès le début de matinée, les placiers sont sur le qui-vive : les camions ont été espacés les uns des autres, plus que d’habitude. Et certains seront encore invités à changer de place samedi 28 mars. « Vous serez face au soleil, mais ce n’est que temporaire et la priorité c’est de garantir de bonnes conditions sanitaires » indique un représentant de la ville de Tours.

Elu en charge du commerce, Mauro Cuzzoni fait le point sur la situation : « Je fais le tour des marchés pour vérifier que tout se passe bien, notre but c’est de les garder ouverts. » Beaucoup de commerçants s’inquiètent de ne plus pouvoir vendre si les conditions venaient à se durcir. En prévision, certains ont réduit les stocks tandis que les clients font leurs courses pour la semaine, afin de ne pas avoir besoin de sortir une nouvelle fois. La plupart des personnes sont seules, quelques-unes portent des masques. Mais on en voit aussi en couple, en mode collé-serré, sans doute un des comportements les plus irresponsables qui soit en période de pandémie.

Dans une file d’attente, une femme interpelle un homme âgé : « Si vous avez besoin d’aide pour faire vos courses, n’hésitez pas. » Il lui répond : « Dans mon immeuble la solidarité s’est déjà mise en place, merci. Et puis j’essaie quand même de sortir un peu pour faire de l’exercice. » Pour certains, ce marché sera la seule sortie avant mercredi voire samedi prochain.