Tours

[Sans filtre] Coronavirus : une Tourangelle raconte le confinement à San Francisco

Les règles sont similaires à celles de la France.

[Sans filtre] est une rubrique d'Info Tours où l'on pose des questions cash à des personnalités tourangelles sur des sujets brûlants de l'actualité.

-----------------

Alexia Cornu est coach sportive à San Francisco aux Etats-Unis. Nous avons pu la joindre pour prendre de ses nouvelles et qu’elle nous raconte son quotidien alors que son pays prend aussi des mesures drastiques pour limiter l’expansion du Covid-19.

« Depuis ce mardi minuit nous devons quasiment respecter les mêmes règles qu’en France. On peut sortir prendre l’air ou faire des courses mais les autres services sont fermés. Les magasins sont pas mal dévalisés, on voit pas mal de gens stressés. Beaucoup ne sont pas raisonnables et n’en laissent pas pour les autres. Je vis dans un petit quartier et heureusement on trouve encore pas mal de choses dans les épiceries mais dans les centres commerciaux c’est très vide. Les gens ont commencé à faire des réserves depuis dix jours. »

Quelle est l’ampleur de l’épidémie dans sa région ? Alexia nous livre son sentiment :

« San Francisco est une ville très internationale avec la Silicon Valley. Nous avons des vols directs pour Wuhan, ou l’Indre. Tout le monde est connecté mais ici on ne testait personne jusqu’à cette semaine donc on a aucune idée de l’ampleur de la maladie. Deux de mes clientes en pleine santé ont eu des pneumonie le mois dernier, on a peu de doutes sur le fait que ce soit le coronavirus. Donc pas de doute, il circule chez nous. Le problème c’est qu’ici il n’y a pas de sécurité sociale, il faut prendre une mutuelle privée à 400$ par mois, payer le docteur à 50$, 70$ pour faire une radio… Il faut pouvoir. Beaucoup sont à 400$ près et font l’impasse, ne vont pas chez le médecin donc c’est compliqué de faire des statistiques. »

Comment ça se passe pour son activité de coach ?

« Je travaille depuis la maison, on a aménagé le séjour en bureau. Je fais mes cours de coaching en ligne, je vois mes clientes en facetime, j’anime des conférences sur le bien-être, la nutrition et le sport. Pour l’instant les clientes jouent le jeu mais comme je suis à mon compte je n’ai pas de filet donc ça me fait peur. Pas forcément pour maintenant, mais la récession qui va suivre. Si beaucoup de gens perdent leur emploi, ça aura un impact sur les activités de services comme le sport, ce sera un des premiers trucs à sauter dans leur budget. »

Découvrez 4 autres témoignages de Tourangelles et Tourangeaux depuis l’étranger sur 37 degrés.