Tours

Coronavirus en Touraine : des initiatives solidaires sur les réseaux sociaux

Notamment pour la garde d’enfants.

L’épidémie du coronavirus Covid-19 oblige la France à prendre des mesures drastiques pour limiter les échanges entre humains dans le but de ralentir l’expansion de la maladie. Beaucoup d’activités ne fonctionnent plus (bars, restaurants, coiffeurs…), les transports sont en partie réduits (moins d’avions et de trains), les entreprises favorisent le télétravail pour que leurs salariés restent à domicile et, surtout, tous les établissements scolaires ou de formation ferment leurs portes.

Coronavirus : la situation tourangelle à suivre en direct dans cet article

Un tel chamboulement des habitudes peut entraîner des problèmes d’organisation, par exemple pour les familles qui doivent travailler, ne peuvent pas faire de télétravail mais n’ont pas un emploi qui permet à leurs enfants d’aller quand même à l’école (personnel du CHU, professions médicales…). Pour ces personnes, on trouve des messages de parents ou d’étudiants prêts à accueillir des enfants (attention : l’Etat impose de ne pas composer de groupes dépassant 10 mineurs). On peut par exemple citer ce groupe Facebook « garde d’enfants Tours et agglomération ».

« Beaucoup de parents travaillent leurs entreprises n'étant pas fermées ou concernées par les mesures. Je travaille dans les écoles du coup nous ne pouvons pas travailler en télétravail avec nos enfants en situation de handicap, nous sommes donc disponibles comme certaines étudiantes. Si cela peut aider des parents pourquoi pas... Personnellement je ne demande pas d'être rémunéré à 19€ de l'heure sachant que j'ai un salaire... Je veux juste me rendre utile et propager l'élan afin d'aider les personnes qui recherchent des solutions pour continuer à travailler » nous explique sa fondatrice.

Initiatives similaires vues dans le groipe "Tu sais que t'es de Chinon quand..."

L’application tourangelle Freebulle dont nous parlions il y a quelques jours propose également une offre spéciale aux familles pour favoriser la solidarité.

Autre genre d’initiative : celle d’un habitant de Vernou-sur-Brenne qui commercialise des badges à 2€ dont 0,50€ reversés à deux associations (AAPML et SPS). Ces badges font la promotion de la langue des signes pour se dire « Bonjour » plutôt que de se serrer la main, ce qui est dangereux en ces temps d’épidémie. Plus d’infos sur la page Facebook montée à cette occasion.

Vous avez lancé une initiative solidaire en lien avec le coronavirus ? Vous avez repéré une action originale sur les réseaux sociaux ? Contactez-nous : [email protected]