Tours

[#MIAM] Un restau-galerie-brocante (presque) caché Rue Blaise Pascal

Dans un décor artistique.

[#MIAM] C’est la rubrique d’Info Tours dédiée à l’actualité gastronomique tourangelle. Et quand on teste un établissement, on paie l’addition !

 ----------------

A Tours on connaissait la boutique Nanza de la Rue Blaise Pascal, près de la gare et du CGR Centre. Un magasin attrayant qui fait la part belle aux créations locales, doublé d’une galerie d’art lumineuse. En 2018 on vous avait parlé de son salon de thé dont on pouvait acheter les meubles et la vaisselle. Voici maintenant le 3e étage de la fusée : le restaurant, ouvert en juin 2019.

Pour y arriver, il faut avoir l’œil : de midi à 14h, l’entrée se fait par une porte arrière, en se glissant dans l’allée qui sépare deux bâtiments (une petite flèche vous guidera).

La salle de restaurant en elle-même n’est pas bien grande : à peine une demi-douzaine de tables, ce qui nous fait dire qu’il est conseillé d’arriver tôt ou de réserver pour s’assurer d’avoir une place au déjeuner. On s’installe sur des tables et des chaises à vendre, façon brocante. Pour nous, un très beau spécimen de la malfabrique, notamment réalisé à base de vieux parquet (avec chaises assorties). Dans le fond, une petite cuisine où l’on prépare les plats en direct : du vert et du fait maison pour la nourriture, de la bière bio ou du vin nature côté boissons.

La carte est courte, ce qui évite de passer 20 minutes à choisir son menu. 3 propositions de plats : soupe de légumes au cumin avec croûtons et emmental, tartines de blettes, quiche chou-fleur et fourme d’ambert. Chacun à moins de 10€. On peut en mixer deux sur une planchette ardoise pour 10€ ou 3 pour quelques euros supplémentaires. Autres solutions un croque-monsieur aux blettes avec béchamel au lait de chèvre ou du foie gras maison avec pommes de terre (17€), la seule option non végétarienne du jour.

Nous optons pour la petite planchette avec une soupe assez liquide dans laquelle on sent bien le cumin. Les croûtons sont également parfumés, et le fromage a du goût. Les ingrédients accessoires sont servis à part, donc on les dose comme on veut. C’est chaud, c’est bon, très bien pour une journée grise et humide. La quiche qu’on aurait aimée plus généreuse en chou-fleur est également très réussie. Entre les deux, une petite salade de chou bien assaisonnée apporte encore un peu plus de fraîcheur.

Pour le dessert, plusieurs solutions : poire au chocolat, cookie, moelleux au chocolat… Ou un crumble à la poire qui arrive encore fumant. Pas beaucoup de crumble sur le dessus mais des fruits savoureux, ni trop fondants, ni trop croquants. Une recette gourmande à 4€50 à déguster en observant les différentes œuvres accrochées au mur… ou au plafond !