Tours

[Elle l’ouvre] Suppressions de postes et fermetures de bureaux : la NR en grève

Un mouvement reconductible à la rédaction.

[Elle/il l'ouvre] c'est une rubrique d'Info Tours où des actrices et acteurs de la vie locale prennent la parole pour donner un point de vue tranché sur l'actualité. Aujourd'hui la rédaction de la NR.

--------------

Ambiance sociale tendue au sein du quotidien local… Ce mercredi la rédaction de La Nouvelle République est appelée à la grève. En cause : un plan d’évolution de l’entreprise présenté en octobre 2018. « Il prévoit notamment de ne pas remplacer 107 personnes qui partent à la retraite soit un quart des effectifs. Cela représente 32 journalistes dont 6 sur 26 en Indre-et-Loire » résume le délégué CGT Hugues Le Guellec.

« On a une grande crainte et de la colère » explique le représentant du personnel qui s’inquiète en particulier de la fermeture d’une des deux rotatives qui sert à imprimer le journal 7 jours sur 7 depuis le siège de l’entreprise, Carrefour de Verdun à Tours. « On risque de perdre des lecteurs car certaines éditions comme celle de l’Indre vont devoir boucler à 21h-21h30 au lieu de 22h45. On ne pourra plus insérer les comptes rendus sportifs ou certains faits divers. Tout l’actualité chaude. La direction prétend que les gens iront sur Internet mais il ne faut pas oublier que 95% de nos recettes proviennent encore du journal papier » détaille Hugues Le Guellec.

« Personne ne nie le contexte économique et la baisse des ventes mais pour la 2e année consécutive la NR est un des journaux régionaux qui perd le moins. Nous avons eu une embellie de la publicité en 2019, pour la première fois depuis plusieurs années. Les chiffres de 2019 sont supérieurs à ceux qui étaient prévus à l’origine. »

Hugues Le Guellec, représentant CGT à la NR.

Si la rédaction est appelée à cesser le travail ce mercredi c’est aussi pour protester contre des projets de fermetures de bureaux. Pour Amboise, c’est acté : « L’actualité sera traitée depuis Tours » indique le délégué du personnel. Les bureaux de Loches et Chinon seraient également menacés. « Notre direction ne veut rien lâcher. Nous demandons l’ouverture de réelles négociations » poursuit Hugues Le Guellec.

La grève du journal est reconductible. Une pression à 5 jours du 1er tour des Municipales, événement particulièrement important pour un quotidien. Une assemblée générale est prévue ce mercredi après-midi pour décider des suites du mouvement.

Photo : Google