Tours

Coronavirus : pas de cas hospitalisé au CHU de Tours, 113 personnes sous surveillance

17 cas sont recensés sur l’ensemble de la région.

Le CHU de Tours organisait ce lundi un nouveau point sur l’épidémie de coronavirus, et ses répercussions en Indre-et-Loire. D’après les chiffres diffusés dans le week-end par l’Agence Régionale de Santé, 17 personnes ont été contaminées par le COVID-19 en Centre-Val de Loire dont 5 en Touraine. A ce jour, aucune n’est hospitalisée. Leur état est jugé bon.

On en a appris un peu plus sur le profil des malades. Comme on le savait déjà, la première personne qui a déclaré le virus dans le département est une femme de 73 ans de retour d’une zone à risques (un rassemblement religieux à Mulhouse). Une infirmière de l’hôpital de retour d’une zone à risques a également été contaminée… et à priori c’est elle qui a transmis le virus à 3 autres personnes, trois aides-soignantes du CHU. Selon la direction de l’établissement, la contamination aurait eu lieu en salle de pause, à un moment où l’infirmière ne portait pas de masque.

Des résultats de tests en 4-5h au labo du CHU

L’administration refuse de dire dans quels services exercent les malades. Elle indique néanmoins que 113 personnes qui ont été en contact avec eux sont sous surveillance : 32 membres du personnel qui continuent de travailler en se protégeant systématiquement avec un masque et 81 patients qui sont confinés. Pendant 14 jours, tous et toutes doivent prendre leur température deux fois dans la journée, éviter les rassemblements de populations et rester à distance de leurs proches. Objectif : éviter de nouveaux cas, en particulier au sein de l’hôpital.

Dans les services concernés, tous les professionnels doivent porter des masques et se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique. Le nettoyage des locaux a été renforcé. Pour les patients isolés à domicile, l’hôpital a organisé un processus de livraisons de masques de protection à domicile, directement devant la porte. Il dispose également de stocks « suffisants » selon sa directrice Marie-Noëlle Gérain-Breuzard.

Visites restreintes dans l’enceinte de l’hôpital

Pour l’instant, aucun nouveau test ne s’est révélé positif. Des tests pratiqués au sein même de l’hôpital. Son laboratoire peut examiner une cinquantaine d’échantillons par jour, avec une session le matin et une autre l’après-midi. Les résultats sont connus en 4-5h. S’ils sont positifs, ils sont transmis à l’institut Pasteur pour une seconde analyse. Les soignants tourangeaux précisent que le virus peut mettre 4-5 jours avant de se développer dans l’organisme et que toutes les personnes ne sont pas touchées de la même manière : certaines ne développent pas de symptômes, d’autres si. Certaines sont très contagieuses, d’autres moins. « On craignait que le virus mute mais ce n’est pas le cas » assure le professeur Louis Bernard du service de médecine interne et maladies infectieuses.

Le CHU rappelle qu’en cas de symptômes pouvant s’apparenter à ceux du coronavirus (toux, fièvre, difficultés à respirer) il faut appeler le 15, ne pas aller voir son médecin ou se rendre aux urgences. Le standard du SAMU a encore reçu 120 appels quotidiens liés au COVID-19 dans le week-end, soit environ 15% des coups de fil traités par ses équipes. Beaucoup d’entre eux se révèlent inappropriés. Des appels pour cas présumés arrivent également directement au service infectiologie, « 10 à 15 par jour » selon le PR Louis Bernard.

Interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes

« On se prépare à une augmentation des cas mais l’hôpital tourne normalement » assure Marie-Noëlle Gérain-Breuzard. Les visites sont restreintes : plus aucun enfant autorisé (ils peuvent transmettre le virus sans être malades) et aussi une seule personne par jour et par patient. En pédiatrie, seuls les parents peuvent venir voir les enfants hospitalisés. Il s’agit là de consignes nationales. A l’EHPAD de l’Ermittage, un registre des visites a été mis en place pour identifier les personnes venues sur place si un cas de COVID-19 venait à se déclarer dans l’établissement.

Le CHU promet un nouveau point d’ici quelques jours. L’Agence Régionale de Santé fait, elle, un bilan quotidien de la diffusion du virus en Centre-Val de Loire. En préfecture d’Indre-et-Loire, une réunion était organisée ce lundi matin car le gouvernement exige désormais l’annulation de tout rassemblement avec plus de 1 000 personnes. Cela pose plusieurs questions comme pour le match de hockey Tours-Caen prévu mercredi. A Tours, deux candidats aux élections municipales ont annulé leurs meetings de la semaine. Le maire prévoit de communiquer en fin de semaine sur le dispositif qui sera déployé dans les 84 bureaux de ville afin d’assurer des conditions d’hygiène maximales.

Olivier Collet