Tours

[Municipales à Tours] Budget participatif, référendums locaux… Qui pense quoi sur la vie démocratique ?

On fait le tour des programmes.

Le 15 mars approche et avec lui le 1er tour des élections municipales. A Tours, 11 listes comptent solliciter les suffrages des électrices et des électeurs. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons une série d’articles sur les propositions des uns et des autres en fonction des grands thèmes de la campagne. Aujourd’hui, l’animation de la vie politique locale. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de la publication détaillée des programmes.

A LIRE AUSSI : Notre article sur les transports, sur le sport, sur l'économie, sur la santécelui sur l'environnement et notre article sur la sécurité

 

Michaël Cortot – Projet Citoyen pour Tours

Il souhaite l’ouverture de Maisons de la Démocratie « qui accueilleront régulièrement les guichets des services publics (CAF, Sécurité sociale, CNAV), les guichets municipaux, les Espaces Publics Numériques et la permanence des élus, mais aussi les réunions des Assemblées de quartier », et ce à plusieurs endroits de la ville. Des assemblées de quartier pourront saisir le conseil municipal sur des questions précises et bénéficieront d’un budget représentant 5% du budget d’investissement municipal, soit 1,5 million d’€ au total. Lui maire, les indemnités des élus baisseront de 10% pour transférer un budget annuel de 100 000€ aux associations et les membres du conseil municipal ne brigueront pas de mandat ou Département, à la Région ou au niveau national. Un élu sera dédié à la participation citoyenne.

 

Benoist Pierre – C’est Votre Tours

C’est le premier sujet abordé dans son programme avec l’idée de mettre en place des commissions extra-municipales pour élaborer de grands projets urbains ou liés aux transports. Il veut un budget participatif pour les comités de quartier (non chiffré), créer un baromètre citoyen numérique pour évaluer les politiques publiques en continuer, nommer – lui aussi – un adjoint au maire dédié à la démocratie locale et à la vie citoyenne. Le candidat propose aussi que, dans chaque direction des services de la ville, il y ait un agent en charge de la démocratie participative. Benoist Pierre souhaite enfin que Tours accueille un Parlement de la Loire, éventuellement sur le site de Marmoutier (l’emplacement n’est pas définitif).

 

Philippe Lacaile – Tours en Mouvement

Lui aussi suggère un budget participatif équivalent à 5% des investissements annuels de la ville, soit environ 1,5 million d’€. Pour chaque conseil municipal, il promet de rendre compte de l’activité de Tours Métropole. Tous les élus seront également informés des sujets en discussion au niveau de l’agglomération. Philippe Lacaile propose la création d’une plateforme web pour proposer directement des projets à la ville ou demander l’inscription d’un sujet à débattre au conseil municipal. Un système de pétition citoyenne sera mis en place avec un seuil de 1 400 signatures pour que son sujet soit à l’ordre du jour des élus. Une commission des grands débats ouvrira à l’agglomération, ouverte aux représentants des associations et les moyens du Conseil de Développement seront renforcés.

 

Christophe Bouchet – Tours Nous Rassemble

Il prévoit de créer un dispositif baptisé « Mon quartier facile » avec des citoyens référents pour améliorer la prise en charge des petits soucis du quotidien (voirie, propreté…). Une cellule sera directement rattachée au bureau du maire pour remonter les dossiers. Dans chaque direction des services de la ville il y aura des correspondants identifiés vers les quartiers. Un Conseil de la Vie Associative figure également dans son programme ainsi que le conditionnement des indemnités des élus selon leur assiduité au conseil municipal et dans les commissions. Le budget participatif qu’il prévoit serait de 2 millions d’€ par an pour déployer des services de proximité en faveur de la transition écologique. Christophe Bouchet de grandes consultations citoyennes sur certains projets, de décentraliser certains conseils municipaux dans les quartiers ou accroître le nombre de panneaux d’affichage libre.

 

Claude Bourdin – C’est au Tour-s- du Peuple

La première proposition qu’il met en avant est l’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne pour proposer des mesures au conseil municipal ou annuler une décision qu’il a prise. Il envisage aussi un RIC à l’échelle de la Métropole et un Référendum d’Initiative Municipale lancé par la mairie pour des grands projets urbains (urbanisme, transports…). Il suggère que des habitants entrent dans les commissions de la ville ou les comités de projet pour que « chacun se familiarise avec la vie publique. » Une Assemblée Citoyenne travaillera avec les 8 conseils de quartier et les 6 conseils citoyens. Claude Bourdin veut que les différents documents comme les études soient accessibles au grand public et ouvrir aux habitants un temps de questions lors de chaque conseil municipal.

Des débats publics seront organisés tous les ans sur le budget ou la politique de la ville. Plus un autre à mi-mandat. Lui aussi veut développer les panneaux d’expression libre et diminuer de 15% les indemnités du maire et des adjoints et créer un registre des lobbys locaux.

 

Xavier Dateu – Vous + Nous = Tours

Il prévoit un budget participatif d’1,25 million d’€ par an : 750 000€ dédiés aux citoyens et 500 000€ pour les projets issus d’associations ou de clubs sportifs. Il voit également comme une priorité l’engagement d’actions multiples dans les quartiers hors centre-ville, en particulier dans le domaine de la culture.

 

Emmanuel Denis – Pour Demain Tours 2020

Il demande l’adoption d’une charte déontologique pour la transparence au sujet du cumul des mandats ou la prévention de conflits d’intérêts, veut lui aussi plus de panneaux d’expression libre et organiser des assises citoyennes pour élaborer une charte de la démocratie locale. L’un de ses grands projets c’est le « Droit d’interpellation » : les citoyens pourront poser des questions au conseil municipal, faire des pétitions avec obligation d’examen en conseil municipal au-delà de 1 400 signatures et – éventuellement – déclencher un Référendum d’Initiative Citoyenne s’ils recueillent plus de soutiens que le nombre de voix d’Emmanuel Denis au 1er tour de l’élection. La mairie se réserve le droit d’organiser des Référendums d’Initiative Municipale.

La liste veut aussi un budget participatif qui pourrait atteindre 3 millions d’€ et créer – en haut de la Tranchée – une Maison de la Démocratie Permanente.

 

Nicolas Gautreau – Les Indépendants

Tout un chapitre du programme y est consacré avec la volonté de lancer une plateforme participative pour recueillir « toutes les propositions des tourangeaux portant sur la conduite des affaires municipales et les pistes d’amélioration du service rendu aux habitants. Les conseils consultatifs pourront s’en emparer, l’assemblée citoyenne pourra les soutenir et le budget participatif pourra participer au financement de ces initiatives citoyennes. » Ce budget participatif serait de 2,2 millions d’€ par an. Une commission démocratie participative (Elus y compris de l’opposition et représentant des services de la ville) désignera les projets les plus pertinents : 50% pour les quartiers, 50% pour des projets à l’échelle de la ville. Quant aux idées proposées sur la plateforme participative, elles seront forcément débattues en conseil municipal si elles recueillent 4 000 soutiens (5% du corps électoral).

Lui aussi prévoit des référendums locaux sur de grands projets (les Halles, le tram…), veut rénover le Conseil de Développement de la Métropole, faire plus de conseils municipaux régis par un règlement intérieur.

 

Au moment de publier cet article nous ne connaissions pas les propositions de Carole Charrier (Nous ne battrons pas en retraite à Tours), Gilles Godefroy (Alliance et Rassemblement pour Tours) et Thomas Jouhannaud (Faire entendre le camp des travailleurs).