Tours

[Sans filtre] Coronavirus : de nombreuses annulations dans les hôtels d’Indre-et-Loire

Des touristes étrangers mais aussi des entreprises françaises.

[Sans filtre] est une rubrique d’Info Tours dans laquelle nous interrogeons des personnalités locales autour d’un sujet brûlant de l’actualité.

 

L’épidémie de coronavirus fait sans cesse la Une de l’actualité ces derniers jours : on suit le nombre de cas en France et dans le monde, on se préoccupe des mesures mises en place pour limiter l’expansion de la maladie… Malgré le faible nombre de cas mortels (2 à 3% des malades) une certaine paranoïa s’installe ce qui n’est pas sans conséquences pour certains milieux économiques. Des sociétés tourangelles voient par exemple leurs exportations impactées. Et le secteur du tourisme se dit préoccupé. Nous en avons discuté avec Gilles Augereau qui dirige un Novotel à Tours et qui préside l’association Touraine Hôtels. Celle-ci représente une cinquantaine d’établissements de 1 à 5 étoiles, soit l’équivalent de 3 000 chambres dans le département.

Quel regard portez-vous sur cette épidémie ?

On suit la situation au jour le jour. Même l’hiver nous avons beaucoup de clientèle asiatique donc nous avons déjà enregistré bon nombre d’annulations de séjours. On estime que les pertes pourraient être de l’ordre 20 à 30%. Nous aurons un bilan plus précis fin mars mais sur 10 groupes qui doivent venir chez moi 7 annulent. Des séminaires d’entreprises françaises ont également été « reportés » à cause du coronavirus. Nous avons mis en place des mesures commerciales avec le remboursement des arrhes. Pour les clients qui viennent, nous renforçons les conseils auprès d’eux ou mettons des masques à leur disposition. Mais attention : il ne faut pas entrer dans une psychose. D’autres maladies font bien plus de dégâts humains.

Doit-on s’attendre à des conséquences sur l’emploi ?

Si l’augmentation du nombre de réservations n’augmente pas comme prévu à partir de début avril, il est possible qu’on ait moins de recrutements saisonniers. Tant pour le service, que la cuisine ou la réception. Pour les équipes en place, il n’y a aucune raison de les réduire mais faut pas que la durée de l’épidémie soit trop longue non plus. Le personnel a d’ailleurs été formé pour se protéger et connaître les bons gestes en cas d’alerte : ne pas aller chez le médecin mais contacter directement le SAMU.

On parle de freins sur le recrutement alors que justement, ce jeudi, il y a un forum emploi hôtellerie-restauration à Tours…

C’est paradoxal. Certaines offres d’embauche seront peut-être conditionnelles. L’hôtellerie de luxe devrait continuer à embaucher mais des établissements comme nous – en milieu de gamme – auront sans doute plus de freins à recruter.