Tours

[Municipales à Tours] Xavier Dateu : « La campagne commence seulement, je suis dans le tempo que je m’étais fixé »

Candidat de la droite, Xavier Dateu s'oppose principalement à Emmanuel Denis...

Pleinement lancé dans sa campagne électorale, le candidat de droite, Xavier Dateu a présenté ce lundi l’intégralité des membres qui composent sa liste « Vous, Nous, Tours », le jour même du début de la campagne officielle. Un simple hasard ? Pas vraiment quand on connaît cet homme qui affectionne les symboles.« Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » aime-t-il répéter. La liste, elle a été déposée le 27 février, jour de clôture comme il l’avait dit, coupant la rumeur comme quoi il avait du mal à la faire.

Dessus on retrouve donc 55 noms et deux suppléants. Une liste qui commence par un Dateu, Xavier en l’occurrence et qui se termine par un… Dateu, François, le père du premier.« Je trouvais le symbole fort de débuter et de clôturer la liste par le nom Dateu » en plaisante Xavier. Question de symbole là encore.

Autres symboles, glissés ici et là, l’appartenance à des partis de certains colistiers : Les Républicains pour Céline Ballesteros, placée 2e de la liste, Les Centristes pour Thomas Gelfi qui se retrouve en 7e position. Une façon de montrer pour Xavier Dateu qui lui aussi à des soutiens politiques, dont le soutien officiel du Nouveau Centre, et ce même si son concurrent à droite, Christophe Bouchet, peut se targuer d’avoir le soutien officiel des Républicains et de l’UDI.

Pour le reste, Xavier Dateu affirme mener une liste « d’enracinés », « sans compromission et sans magouille politicienne et mercato » pointe-t-il en direction d’adversaires ciblés : Christophe Bouchet, Benoist Pierre et Emmanuel Denis.

« La pire des choses qui peut arriver à la ville de Tours serait une élection d’Emmanuel Denis comme maire »

Emmanuel Denis, c’est ce dernier qui est aujourd’hui la principale cible du candidat Dateu. « La pire des choses qui peut arriver à la ville de Tours serait une élection d’Emmanuel Denis comme maire » affirme-t-il même haut et fort. Et face à cette éventualité Xavier Dateu de préciser : « Il est hors de question de renouveler 1995 », comprendre le maintien au second tour de deux listes de droite face au socialiste Jean Germain et l’élection de ce dernier.

Pour Xavier Dateu le choix est ainsi clair : si les deux listes de droite sont amenées à se maintenir au deuxième tour, il leur faudra s’entendre. « Il faut être responsables » dit-il tout en précisant qu’un accord devra se dessiner « sur la base de projets ». Et pour l’instant on ne peut pas dire que sur ce point les deux candidats s’entendent, Xavier Dateu évoquant notamment « Les publicités de Noël » du candidat Bouchet…

Avant d’en arriver à des discussions d’entre-deux-tours, il y a une campagne à mener et un premier tour à passer. Le candidat Dateu est persuadé de pouvoir le faire : « je travaille sur le terrain depuis des mois » nous précise-t-il régulièrement quand on lui fait remarquer sa relative discrétion ces derniers mois. « La campagne commence seulement, je suis dans le tempo que je m’étais fixé » répète-t-il également.

Un programme voulu comme sobre et transparent

Et Xavier Dateu de promettre un programme « sobre et transparent ». Sa première mesure en cas d’élection sera ainsi un audit sur les finances de la ville. « Il faut partir de là pour savoir où on veut aller » affirme le vice-président aux sports au Conseil Départemental. Les sports justement, il veut rénover les gymnases de la ville et se dit contre l’extension du Centre Municipal des Sports.  

Autre grand projet auquel il s’oppose : la construction d’une deuxième ligne de tramway sur rails, un procédé jugé dépassé et trop impactant contrairement à des tram-bus électriques ou à hydrogène qu’il juge plus souples et moins coûteux.

Xavier Dateu dit vouloir revoir par ailleurs le projet des Halles de Tours en intégrant son environnement de la place du Grand Marché à la rue de la Victoire et ce jusqu’à la Loire. Une refonte du projet qu’il mènera en concertation avec les commerçants et les habitants promet-il.

Sur l’urbanisme, il milite ainsi pour une rupture, avec une remise à plat des grands projets en cours pour « donner de l’air à la ville et notamment à Tours-Nord. »

Dernier grand projet et pas des moindres : la poursuite du périphérique. Là-encore, il se montre en rupture, se disant favorable à une extension via un tunnel sur la commune de Notre-Dame d’Oé qu’il ferait financer par un opérateur avec à la clé une concession et un péage pour le trafic de transit, mais pas pour les Tourangeaux, précise-t-il. Et sur les coûts Xavier Dateu d’affirmer : « s’il faut en payer une partie on pourra le faire avec l’argent que l’on n’aura pas dépensé dans le tramway. »