Tours

[Municipales à Tours] Emploi, soutien aux entreprises… Qui pense quoi pour l’économie ?

On parle également de la vision des candidats pour les finances de la ville.

Le 15 mars approche et avec lui le 1er tour des élections municipales. A Tours, 11 listes comptent solliciter les suffrages des électrices et des électeurs. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons une série d’articles sur les propositions des uns et des autres en fonction des grands thèmes de la campagne. Une sélection de propositions élaborée selon les mesures disponibles en ligne. Aujourd’hui, l’économie et les finances de la ville. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de la publication détaillée des programmes.

A LIRE AUSSI : Notre article sur les transports, celui sur l'environnement et notre article sur la sécurité

 

Emmanuel Denis – Pour Demain Tours 2020

« Préserver et développer des activités de commerce et d’artisanat en accompagnant les porteurs de projet et en mobilisant l’Etablissement public foncier » : c’est la première mesure économique présente dans le programme, suivie de celles-ci, souvent sans précisions particulières sur leur modèle de mise en œuvre : poursuivre la politique de pôles d’excellence, favoriser la formation des jeunes aux métiers de la transition écologique et de l’artisanat, accompagner la transition écologique des entreprises, créer des incubateurs/pépinières/ateliers relais/de recyclage/des services et ateliers mutualisés, soutenir les entreprises du secteur de la transition écologique, créer des conditions optimales d’accès aux investissements publics pour les PME locales, soutenir l’expérimentation Zéro Chômeur de Longue Durée, obliger les entreprises qui répondent à des marchés publics à mettre en place des processus d’insertion…

Au sujet des finances, Emmanuel Denis veut lancer un audit des comptes de la ville, développer la capacité d’investissement de la ville « en privilégiant des investissement productifs » et en allant chercher des subventions de l’Etat ou de l’Europe. Il veut aussi éviter le gaspillage et favoriser le réemploi dans la gestion de la commande publique.

Programme complet sur son site web : https://pourdemaintours2020.fr

 

Nicolas Gautreau – Les Indépendants

Dans un premier temps, le candidat souhaite agir contre l’inflation du prix des locaux commerciaux en créant une foncière immobilière : « Cette structure permettra d’acheter des locaux dans tous les programmes de la ville de Tours, locaux qui seront ensuite mis à disposition à des tarifs compétitifs aux commerçants de proximité afin de favoriser l’installation de nouveaux commerçants » explique-t-il. Nicolas Gautreau souhaite en prime créer une Cité des Artisans à l’angle entre la Rue Nationale et la Rue du Commerce et d’une Maison des Entreprises dont l’une des missions sera d’accompagner des sociétés d’Île-de-France désireuses de s’installer en Touraine. Il l’imagine à l’Ilot Vinci. Autres propositions : plus de pépinières d’entreprises dans les quartiers, avec des espaces de coworking, développer une plateforme d’innovation sur les terrains libérés par l’armée près de l’aéroport.

Son programme n’aborde pas la question des finances de la ville.

Pour en savoir plus, son site Internet : http://les-independants-tours.fr/

 

Xavier Dateu – Vous + Nous = Tours

Sur la question financière, le candidat se veut d’une grande prudence : « Je paye d’abord mes dettes avant d’en faire de nouvelles. » Il prévoit tout de même des investissements conséquents, cofinancés avec le Département ou la Région. « Si je suis élu ce sera un mandat dans la sobriété et l’efficacité. Pas de grand projet à des dizaines de millions d’euros » dit-il.

Première mesure en cas d'élection : La commande d'un audit financier sur les comptes de la ville pour connaître précisemment la situation financière.

Les détails sur son site de campagne : https://www.xavierdateu-tours2020.fr/

 

Christophe Bouchet – Tours nous rassemble

Lui aussi suggère la création d’une Maison des Entreprises pour accompagner l’implantation et le développement des sociétés. Il veut créer un grand pôle économique autour de l’aéroport : soutenir des pôles de compétitivité : lancer une pépinière d’entreprises autour de la transition écologique ; rénover les parcs d’attractivité de la métropole (voirie et signalétique) ; il parie également sur le concept Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée et développer le tourisme d’affaire. Enfin le candidat suggère la création d’un guichet unique pour les porteurs de projets de commerce ou d’artisanat.

Sur le plan financier, Christophe Bouchet promet de ne pas augmenter les impôts d’ici 2026, de chercher des subventions extérieures de façon systématique pour financer ses projets notamment via un Club des Mécènes, rationaliser la politique d’achats et réduire le gaspillage… Il promet de poursuivre le désendettement « soutenu » de la ville sans fixer d’objectif chiffré et de renégocier les emprunts en cours.

Pour en savoir plus, son site de campagne : https://www.bouchet2020.fr/

 

Michaël Cortot – Projet Citoyen pour Tours

Ses idées : le recrutement d’un « développeur-chasseur d’activités », la simplification des démarches d’implantation des entreprises par la création d’un guichet unique et la création de nouveaux lieux de « co-working ». Michaël Cortot plaide également pour la création d’un site de recherche sur l’hydrogène vert dans le secteur de l’aéroport. « En parallèle, il faut se tourner vers d’autres activités, celles de l’économie circulaire. Le développement des filières de recyclage (ressourceries et recycleries) permettra de travailler au développement de l’économie sociale et solidaire (ESS), avec un élu délégué » écrit-il. Il veut soutenir le dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée comme d’autres.

Pour financer les projets de la ville, il suggère également de faire des demandes de subventions tous azimuts (Région, Etat, Europe) estimant le manque à gagner annuel actuel pour la ville à 3 millions d’€ (environ 10% des investissements).  Il promet de rationaliser le coût des nouveaux équipements publics, de raboter le budget communication et de faire d’autres économies sans pour autant diminuer les services rendus aux habitants.

Plus d’infos sur son site Internet : https://projetcitoyenpourtours.fr

 

Thomas Jouhannaud - Lutte Ouvrière, le camp des travailleurs

"Pour défendre l’emploi, il faudrait commencer par empêcher d’alimenter le chômage, et donc interdire les licenciements" explique le candidat. Les élus Lutte Ouvrière "dénonceraient tous les mauvais coups des patrons contre les travailleurs, ils se rangeraient du côté des salariés en lutte contre les licenciements, ils agiraient pour que la commune les soutienne moralement et financièrement et les aide à s’organiser."

"Pour ce qui est de l’endettement de la ville de Tours, il illustre bien comment, de mille manières, les banquiers et capitalistes financiers, prélèvent une part toujours plus grande des richesses, sur le dos de toute la population. L’Etat est endetté, les collectivités locales et les communes sont endettées, même les hôpitaux sont endettés pour pouvoir fonctionner. (...) Pour combattre ce cancer de la finance qui s’insinue partout, c’est la dictature du grand capital qu’il faut remettre en cause" dit aussi Thomas Jouhannaud.

 

 

Benoist Pierre – C’est votre Tours

Comme plusieurs autres candidats, il s’engage à soutenir l’initiative Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée et à créer une Maison des Entreprises près de la gare, pour que les sociétés puissent accomplir leurs démarches administratives et obtenir de l’aide en cas de difficultés. I veut aider les petites structures en réduisant la cotisation foncière des entreprises, créer une direction de l’emploi au sein de Tours Métropole et mobiliser le plan d’investissements de l’Etat pour la formation. Dans ses idées on trouve par ailleurs la réunion d’un Conseil des Entrepreneurs aux côtés du maire tous les 3 mois pour échanger sur les grands projets ; créer de nouveaux espaces pour installer des entreprises ; créer un Bureau d’ouverture sur le monde pour faciliter les échanges avec d’autres villes.

Sur le fonctionnement de la ville Benoist Pierre suggère un baromètre citoyen en ligne pour évaluer les politique publiques ou la mise en place de commission extra-municipales pour élaborer les grands projets. « Pour mettre en œuvre notre projet au cours du mandat, nous poursuivrons un double objectif d’investissement élevé et de désendettement de la ville » dit-il, sans plus de précisions.

Pour en savoir plus, consultez son site : https://www.benoistpierre2020.fr/

 

Philippe Lacaile – Tours en Mouvement

Il veut faire de la recherche le moteur du développement du territoire en confortant les laboratoires publics/privés existants et en créant de nouvelles structures. Il propose des incubateurs académiques et de nouvelles pépinières d’entreprises, l’élaboration d’un plan stratégique de développement économique respectueux de l’environnement, inciter de nouvelles entreprises à s’installer en Touraine, surtout dans le domaine des nouvelles énergies. Le candidat souhaite favoriser l’émergence de nouveaux espaces de coworking et créer une société spécialisée dans le rachat et la location de commerces. Il souhaite un véritable centre d’affaires en lieu et place de l’ilot Vinci, avec bureaux, boutiques, logements et un poste de police le tout lié à l’Université.

Sur la question financière, il veut aussi solliciter plus de subventions et chercher des moyens d’augmenter l’investissement. Il veut garder tous les services municipaux et métropolitains en régie (pas de privatisations) et relancer la mutualisation de services avec l’agglomération. Il veut lui aussi baisser les dépenses de communication et augmenter les recettes budgétaires via la création de sociétés d’économie mixte à opération unique.

Plus d’informations en consultant son site de campagne : https://toursenmouvement.fr/

 

Claude Bourdin – C’est au Tour-s du Peuple

Sur la gestion de la ville, il propose la fin des régies pour gérer les services publics comme les transports ou les parkings et suggère un audit pour dévoiler les bénéfices de ces entreprises. A chaque fin de délégation, il s’engage à reprendre tous les salariés sans exception et à réinvestir les bénéfices dans la création d’emplois. Il veut revoir la politique de subventions en conditionnant les aides aux entreprises selon des critères comme l’écologie ou les emplois non délocalisables. Claude Bourdin propose de faire des économies en supprimant les dépenses de communication coûteuses, créer une régie publique foncière, mettre fin à « l’invasion publicitaire ».

En matière économique il souhaite aussi stopper les objets urbanistiques et commerciaux qui « servent les intérêts des multinationales ». Il compte s’opposer à toute nouvelle implantation de grande surface, et en réduire le nombre actuel, pratiquer une politique d’emprunt citoyen et de financement participatif, créer une coopérative de services à domicile, développer le numérique « avec précaution » et combattre les formes « d’ubérisation de l’emploi » ou encadrer les locations comme Airbnb.

Plus de propositions sur son site de campagne : https://www.catdp2020.com/

 

A ce jour nous ne disposons par des propositions de Gilles Godefroy (Alliance et Rassemblement pour Tours) et Carole Charrier (Nous ne battrons pas en retraite à Tours).