Tours

[Municipales à Tours] Arbres, économies d’énergie… Qui pense quoi pour l’environnement ?

On fait le tour des programmes.

Le 15 mars approche et avec lui le 1er tour des élections municipales. A Tours, 11 listes comptent solliciter les suffrages des électrices et des électeurs. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons une série d’articles sur les propositions des uns et des autres en fonction des grands thèmes de la campagne. Aujourd’hui, l’environnement. Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de la publication détaillée des programmes.

A LIRE AUSSI : Notre article sur les transports et notre article sur la sécurité

 

Philippe Lacaile – Tours en Mouvement :

L’environnement est le premier axe développé dans son programme avec un objectif : planter 6 000 arbres « de hautes tiges » en 6 ans pour « lutter contre les ilots de chaleur ». Il souhaite végétaliser les cours d’école, généraliser les produits bio et locaux dans les cantines, favoriser le ramassage citoyen de déchets sur la voie publique, lancer un plan de rénovation des bâtiments publics (non détaillé), installer plus de bornes pour recharger les véhicules électriques, nommer un élu dédié au bien-être animal et dédier une journée dans l’année aux animaux de compagnie.

A Ste Radegonde, Philippe Lacaile souhaite 400 maisons individuelles en location ou accession à la propriété édifiées aux dernières normes en matière d’économie d’énergie, avec panneaux solaires pour la production électrique et de l’eau chaude. Aux Casernes Beaumont-Chauveau, il plaide pour un vaste parc arboré avec pièces d’eau et jets d’eau au nord.

Plus d’informations en consultant son site de campagne : https://toursenmouvement.fr/

 

Benoist Pierre – C’est votre Tours :

Son projet phare consiste à mettre chaque habitante et habitant de Tours à moins de 5 minutes d’un espace vert et créer une vaste coulée verte allant des Hauts de Ste Radegonde à l’Alouette dont l’échangeur serait détruit pour créer un nouveau parc urbain. Il veut faire de la neutralité carbone un levier de développement économique (sans préciser comment) et souhaite soutenir les entreprises vertueuses par un système de bonus financier. Benoist Pierre milite pour la fin de l’étalement urbain et pour créer une vaste offre foncière écoresponsable. Il prévoit de s’associer au dispositif national Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée en axant sur les métiers liés à la transition écologique et d’orienter les formations vers ce type d’emplois. Un incubateur d’entreprises « vertes » est également dans les cartons.

Autres mesures : adopter une comptabilité carbone dans l’élaboration budgétaire des administrations, favoriser une production durable de biomasse pour le chauffage (via le bois, donc), rénover prioritairement les bâtiments publics les moins performants, inciter les habitants à faire des économiser d’énergie via des dispositifs (non détaillés), un espace public sans tabac au Jardin Botanique. Enfin lui aussi parle d’ilots de fraîcheur dans les cours d’école.

Pour en savoir plus, consultez son site : https://www.benoistpierre2020.fr/

 

Thomas Jouhannaud - Lutte Ouvrière, le camp des travailleurs

Il souhaite dénoncer "les industriels pollueurs et leur emprise sur toute la société", souhaitant contrôler les entreprises aux activités sensibles comme Lubrizol à Rouen. "L’irresponsabilité des gros actionnaires dans la course aux profits mène à des désastres environnementaux pour des villes entières, comme à Rouen, mais elle est aussi à l’origine de la pollution quotidienne. Les milliers de camions traversant Tours par l’A10 tous les jours sont un exemple parlant de cette logique folle : c’est pour réduire leurs coûts que les industriels et les grandes enseignes ont adopté la politique du « flux tendu », avec l’explosion du transport de marchandises par camion et donc la dégradation de l’air qu’elle entraîne" écrit le candidat. 

"Défendre l’environnement, en dehors de mesures symboliques, n’est pas à la portée des maires, mais le monde du travail, lui, en a la capacité s’il se bat pour l’avenir de la société" dit Thomas Jouhannaud.

 

Michaël Cortot – Projet Citoyen pour Tours :

Le candidat souhaite dans un premier temps accélérer les travaux liés à l’amélioration de la performance énergétique des logements sociaux et libérer des espaces de la ville actuellement bitumés pour créer « une ville forêt », donc aménager de nouveaux espaces verts. De nombreuses plantations d’arbres figurent dans ses objectifs.

Plus d’infos sur son site Internet : https://projetcitoyenpourtours.fr

 

Christophe Bouchet – Tours nous Rassemble :

Il axe sa campagne environnementale sur le lancement du programme « Envie de Vert », soit 1 million d’€ par an pour financer des projets écolos pensés par les habitants. Le candidat veut faire de Tours une « capitale verte de l’Europe », intégrer la dimension environnementale dans toutes ses décisions, nommer 5 adjoints chargés de coordonner les délégations en matière de transition écologique, investir 20 millions d’€ par an pour rénover les bâtiments municipaux, créer de nouveaux réseaux de chaleur biomasse à Tours Nord et Tours Sud, installer plus de panneaux solaires (sans donner de chiffre), développer une économie locale autour de l’hydrogène vert…

Autres idées : créer de 15 mini-forêts dans les écoles, réduire de 50% les émission de gaz à effet de serre en dix ans, planter 20 000 nouveaux arbres, ouvrir 200 nouveaux jardins familiaux, créer – lui aussi – un programme pour aider des entreprises du secteur environnemental à se développer, 100% de légumes et céréales bio ou locaux à la cantine en 2026 (50% pour la viande), lancer une opération « A fleur de façade » pour verdir les bâtiments comme certains trottoirs le sont déjà, réduire la place du béton pour les projets d’aménagement urbain, implanter des ruches et des hôtels à insectes, verbaliser plus souvent les incivilités via la Brigade Verte, déployer des composteurs collectifs dans les quartiers,

Pour en savoir plus, son site de campagne : https://www.bouchet2020.fr/

 

Xavier Dateu – Vous, nous, Tours :

Son principal projet consiste à aménager un nouveau parc en haut de la Tranchée, au niveau de l’ancienne mairie de Saint-Symphorien. Il envisage par ailleurs un vaste plan de rénovation des équipements publics dans le but – notamment – d’améliorer leurs performances énergétiques.

Les détails sur son site de campagne : https://www.xavierdateu-tours2020.fr/

 

Emmanuel Denis – Pour Demain Tours 2020 :

Le candidat parie sur un « territoire zéro carbone en 2040 » en proposant la plantation de 30 000 arbres, la création – comme d’autres – de mini forêts urbaines et de nouveaux parcs, des jardins d’accueil devant les bâtiments en reculant les immeubles de la rue lors de nouvelles constructions… Il souhaite au moins 30% de parcelle végétale pour chaque nouveau projet immobilier, créer des espaces de fraîcheur dans chaque quartier, développer les classes de découverte « environnement » pour les écoliers et des parcours d’interprétation de la faune et de la flore, aménager un passage pour bateaux et canoës sous le Pont Wilson, protéger la biodiversité sur le Petit Cher en particulier, instaurer des lieux de baignade sécurisés en bord de Loire et dans le Cher, agir pour préserver la ressource en eau des nappes phréatiques…

Autres idées : soutenir les entreprises agissant dans l’économie sociale et solidaire ou la transition écologique ; accompagner la transition des entreprises ; lutter contre le gaspillage et favoriser le réemploi ; créer une régie agricole métropolitaine ; 100% de bio pour les légumes, céréales et fruits des cantines (30 à 50% pour la viande) + une alternative végétarienne chaque jour au menu ; créer un projet alimentaire territorial métropolitain ; réduire le gaspillage alimentaire de 50% et s’engager sur le zéro plastique ; installer un composteur partagé par km² ; collecter les biodéchets des professionnels ; interdire les écrans pub numérique et créer des ressourceries dans les quartiers.

Programme complet sur son site web : https://pourdemaintours2020.fr

 

Claude Bourdin – C’est au Tour-s du Peuple :

Il veut du 100% bio et local pour les cantines de la ville et de la métropole, idem à l’hôpital. Son projet comporte la création d’une régie métropolitaine des terres agricoles pour encourager la culture (c’est-à-dire salarier des agriculteurs) et l’élaboration d’un plan climat avec comme objectifs : la prise en compte de critères écologiques et sociaux lors des annonces de marchés publics, la rénovation thermique et phonique des bâtiments publics et privés, la priorité absolue aux énergies renouvelables pour les véhicules communaux, un nouveau plan de gestion des déchets, plus d’espaces verts et de jardins partagés (pas de chiffres). Il compte par ailleurs végétaliser les parkings.

Autres idées : combattre la pollution lumineuse, sonore ou publicitaire ; réaliser un audit sur l’exposition des habitants aux ondes électromagnétiques.

Plus de propositions sur son site de campagne : https://www.catdp2020.com/

 

Nicolas Gautreau – Les Indépendants :

Il annonce l’élaboration d’un plan climat pour définir une stratégie de transition écologique sur 15 ans. Un plan soumis à une concertation publique des habitants. A cela s’ajoute l’envie de renforcer l’importance de l’Agence Locale de l’Energie pour qu’elle devienne une « véritable Agence de la Transition Ecologie ». « Ses missions seront élargies pour accompagner la collectivité et ses habitants dans le changement de leurs pratiques en matière d’énergie mais également dans les domaines des déplacements, des déchets, du passage à une alimentation biologique et locale, etc. »

Autres idées : former les agents de la ville pour en faire des ambassadeurs de l’écologie et modifier le parc de véhicules de la ville pour n’avoir que des engins à basse consommation ; accélérer la rénovation énergétique des bâtiments (et les désamianter au passage) ; intégrer une notion de développement durable dans les achats publics et lancer un appel à projets en faveur du développement des énergies renouvelables… Lui aussi veut étendre le réseau de chaleur biomasse (au bois), il souhaite une régie de maraîchage bio pour alimenter les crèches, développer les potagers partagés, réaliser un corridor écologique, supprimer le plastique des cantines, créer 300 composteurs partagés en ville.

Pour en savoir plus, son site Internet : http://les-independants-tours.fr/

 

Au moment de publier cet article nous ne connaissions pas les propositions de Thomas Jouhannaud (Lutte Ouvrière – Le camp des travailleurs), Carole Charrier (Nous ne battrons pas en retraite à Tours) et Gilles Godefroy (Alliance et Rassemblement pour Tours).