Tours

[Coup de pouce] Des collectes de produits d’hygiène féminine un peu partout à Tours

Une action de volontaires en service civique.

[Coup de pouce] c’est une rubrique d’Info Tours pour relayer des projets associatifs, solidaires ou autres parce qu’on estime qu’ils méritent un coup de projecteur.

 ----------------------

Il n’y a pas si longtemps, on vous expliquait que la ville de Tours avait installé une boîte à dons de produits d’hygiène féminine à l’entrée de l’Hôtel de Ville. Elle y est toujours et on peut y déposer des serviettes, des tampons… Bref, ce dont les femmes en situation précaires ont besoin, par exemple lorsqu’elles ont leurs règles. Cet hiver, vous allez pouvoir faire ce type de dons ailleurs à Tours grâce à une équipe de volontaires en service civique d’Unis-Cité, Les Diffuseurs de Solidarité.

Le groupe est composé de 16 personnes – 4 équipes de 4. « Notre objectif c’est de promouvoir l’engagement citoyen par des actions de micro-bénévolat » explique Blandine Tortuel qui fait partie de l’équipe. Le programme existe à Tours mais aussi ailleurs en France (Paris, Lyon, Montpellier…).

Voici comment ça se passe :

« Jusqu’au 8 mars on se mobilise pour récupérer un maximum de protections hygiéniques dans différents endroits de Tours. Nous avons installé des urnes au centre social Plurielles du Sanitas, dans notre local près du Carrefour de Verdun (Rue Toulouse Lautrec, N°6-8), au BIJ Avenue de Grammont dans des pharmacies ou à l’accueil de l’association Courteline. Elles y resteront jusqu’au 8 mars. »

En parallèle, les volontaires contactent des supermarchés pour organiser des collectes à la sortie des caisses, et sensibiliser la clientèle. L’une d’elle est programmée le samedi 7 mars au magasin Auchan du quartier Rabelais. Ce vendredi 21 février, un café discussion aura lieu au Concert’Thé (près du Champ Girault) et ce sera une autre occasion de faire un don.

Autre enjeu pour le groupe de Blandine Tortuel : à qui reverser les dons ? « Nous avons contacté plusieurs associations sur Tours car Règles Elémentaires avec qui nous sommes en partenariat n’a pas de délégation ici. Pour l’instant nous n’avons pas encore trouvé. » Mais dans tous les cas, les produits récupérés seront transmis à des personnes qui en ont besoin.

Depuis quelques mois, ce sujet de la précarité menstruelle fait de plus en plus souvent la Une de l’actualité. Jusqu’ici abordé de façon marginale, il est en train de devenir incontournable lorsqu’on aborde les questions de solidarité Des collectes ont déjà été organisées à la fac : « La précarité menstruelle on sait tout ce que c’est, on en a même entendu parler à l’Assemblée Nationale. Un tabou est en train de tomber, c’est enfin dans le débat public et c’est une bonne nouvelle » poursuit Blandine qui – pour sa part – est passée à la cup réutilisable, pour des raisons autant économiques (le prix de produits) qu’écologiques.

Notez également qu’un débat Menstruation et protection réutilisables est organisée par Ecolos et Culoté.e.s le 5 mars à la Maison de l’Etudiant du campus de Grandmont (17h30-19h30). Une gynécologue y participera.