Tours

[Ils l'ouvrent] Les soignants tourangeaux déclarent leur amour à l’hôpital public

Manifestation dès 10h ce vendredi.

[Ils l'ouvrent c'est une rubrique d'Info Tours dans laquelle nous relayons les paroles d'acteurs tourangeaux engagés.

-------------

Des mois de grève, des mois de mobilisation… Bien avant le mouvement contre la réforme des retraites, les soignants se sont élevés pour réclamer une hausse des moyens en faveur de l’hôpital. A Tours, Amboise, Loches, Chinon et dans toute la France. Ce vendredi 14 février, pour la très commerciale fête des amoureux, les syndicats organisent une St Valentin revendicative destinée à prouver leur amour pour le service de santé national… Et ils espèrent que l’Etat fera de même.

Le programme c’est une manifestation à Tours à partir de 10h devant l’Agence Régionale de Santé, puis direction Jean Jaurès, la Rue Nationale, la Rue des Halles, l’hôpital Clocheville… Pour un retour devant l’hôtel de ville à la mi-journée dans le but de pique-niquer sur place. Un autre rassemblement débutera à 14h30 à l’hôpital de Chinon, entraînant une fermeture de la D751 pour l’après-midi.

« Les annonces du gouvernement ne répondent pas à l’urgence de la situation et sont unanimement rejetées par toutes les composantes de la mobilisation »

L’intersyndicale dans un tract.

Sud, la CGT ou FO réclament l’arrêt des fermetures d’établissements, de services de lits, une augmentation significative des moyens financiers, des créations de postes et l’abrogation de la loi Ma Santé 20222.

A leurs côtés, le collectif Notre Santé en Danger qui écrit : « Nous pourrions nous réjouir de la construction d’un nouvel hôpital à Trousseau s’il n’était pas entièrement soumis aux contraintes budgétaires et corrélé à une nouvelle organisation technocratique qui a déjà amené 130 suppressions de lits sur 2018 et 2019 et de postes correspondants (…) On sait comment se traduit la course à l’ambulatoire : le renvoi au domicile à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit sans se soucier des conditions de vie de la personne, pouvant entraîner des allers-retours aux urgences et l’engorgement de ce service. La famille se trouve souvent dans le désarroi et épuisée. »

« Dernièrement les hôpitaux de Loches et Chinon ont fait l’objet d’une mise sous surveillance de l’ARS pour cause de « déficit » en fait dû à une insuffisance de dotations pour leur fonctionnement. La maternité de Chinon est à nouveau sur la sellette… des postes seraient aussi menacés. Il y a un lien entre la restructuration du CHU et les menaces sur les hôpitaux périphériques. » 

« Le but n’est pas seulement la rénovation annoncée mais la « rationalisation des moyens » qui aboutit à la diminution de l’accès aux soins à l’hôpital public, au profit du privé qui se saisira de tout ce qui est « rentable ». Nous ne voulons pas d’un hôpital « entreprise » » poursuivent-ils.

Dans une lettre ouverte datée de mercredi, 30 chefs de services du CHU de Tours soutiennent également le mouvement : « Nous pensons que les contraintes imposées actuellement par les politiques successives depuis 15 ans, ne nous permettent plus d’exercer notre métier de soignant(e) correctement. Avec le CIH, nous demandons un plan d’envergure urgent avec un volet national et un volet régional. »

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...