Tours

[Sans filtre] Sabine Thillaye exclue du groupe LREM à l’Assemblée : « tristesse » et « déception » en Touraine

La députée reste présidente de la commission des affaires européennes.

[Sans filtre] c’est la rubrique d’Info Tours où l’on pose des questions cash aux personnalités qui font l’actualité en Indre-et-Loire.

 ----------------

La sentence est tombée ce mercredi : la députée Sabine Thillaye qui représente le Nord-Ouest de l’Indre-et-Loire à l’Assemblée Nationale depuis 2 ans et demi est exclue du groupe La République En Marche. L’élue se retrouve donc en marge de la majorité présidentielle. Pourquoi ? On vous explique…

Juste après son élection en tant que députée, Sabine Thillaye a été propulsée présidente de la commission des affaires européennes notamment grâce à ses affinités politiques et personnelles avec ces questions en tant que femme franco-allemande. Le problème c’est que selon les désirs des instances nationales d’LREM elle devait quitter ses fonctions à mi-mandat comme toutes les autres commissions de l’Assemblée Nationale, dans l’idée de renouveler les postes à responsabilité. La Tourangelle a refusé mettant notamment en avant le caractère spécifique de son poste avec de nombreux déplacements à l’étranger ce qui a déclenché un psychodrame politique au sein de sa formation. Un conflit interne qui aboutit donc à l’exclusion de Sabine Thillaye.

Cette issue était pressentie depuis quelques jours… La députée a pourtant tenté d’éviter une telle sanction. Dans un communiqué du 20 janvier titré « Stop aux intox » son équipe disait ceci :

« Il n’y a pas eu d’engagement de sa part de démissionner de la présidence de la commission des affaires européennes. Sabine Thillaye a refusé de participer au scrutin interne organisé par le groupe LaREM le 24 juillet dernier. En revanche, Sabine Thillaye avait proposé des alternatives pour organiser ce renouvellement, par exemple qu’il ait lieu au mi-mandat réel, c’est-à-dire au mois de décembre, afin de permettre une campagne loyale. Ses propositions sont restées lettre morte. »

Le 21 janvier, nouveau communiqué agacé :

« Depuis le mois de septembre, des articles de presse, s’inspirant de « sources proches du groupe » ont tenté de ternir mon image et mon travail. Outre les mensonges, ou imprécisions, sur la nature du vote organisé par le Groupe, voire sur ma personne, ces articles visent à décrédibiliser le travail mené depuis deux ans par de fausses allégations : absentéisme en commission, doutes ou agacements exprimés par nos partenaires européens, boycott à mon encontre. »

Et un troisième le 22 janvier, dans une volonté d’apaisement :

« Sabine Thillaye se félicite que le groupe LaREM reconnaisse la spécificité de la commission des Affaires européennes et l’irrégularité du scrutin concernant la présidence de celle-ci, organisé le 24 juillet dernier. Dans une logique d’apaisement Sabine Thillaye a accepté le principe d’un nouveau scrutin, à condition que les modalités et conditions proposées permettent une élection loyale. »

Cela n’a pas suffi puisqu’elle a été exclue. Contacté par Info Tours, le responsable du parti LREM en Touraine Philippe Péruchon évoque « un épilogue regrettable. Je suis déçu de ce fonctionnement car on se prive de compétences, c’est une forme de repli. » Cela dit, le responsable macroniste parle d’une « décision presque symbolique » de Paris et précise bien : « Sabine Thillaye ne fait plus partie du groupe LaRem à l’Assemblée Nationale mais garde sa place dans le parti. Elle n’est pas malléable mais fidèle.

Également interrogé par Info Tours, le collègue tourangeau de Sabine Thillaye Daniel Labaronne (député d’Amboise) évoque « une décision très embêtante » et fait part de sa « tristesse » : « Sabine Thillaye prend une forme de liberté. Elle restera en marge de la majorité mais je pense qu’elle continuera à soutenir notre action sur les décisions importantes. »

De fait, la députée tourangelle conserve sa présidence de la commission des affaires européennes. Nous n’avons pas pu la joindre, voici ce qu’elle déclare dans un communiqué : « Cette décision regrettable, dictée par une logique d’appareil, tourne le dos aux idéaux du mouvement et au respect des institutions. Réaffirmant son engagement aux côtés du Président de la République, Sabine Thillaye continuera de porter son action auprès des électeurs, au Parlement et envers nos partenaires européens. »

Olivier Collet

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...