Tours

[C’est quoi le problème ?] Non, le 2e tram de Tours n’entraînera pas la disparition du marché aux fleurs

La rumeur est tenace mais infondée.

[C’est quoi le problème ?] est une rubrique d’Info Tours consacrée à l’explication d’un fait d’actualité en réponse à vos commentaires sur les réseaux sociaux.

 

Mardi 21 janvier nous avons publié un article consacré au projet de 2e ligne du tram de Tours et il a fait beaucoup réagir. Il est donc important de préciser les choses pour débattre sur des bases saines et éviter la diffusion de fausses informations.

Reprenons du début… L’idée de Tours Métropole est de mettre en service le tram B à l’horizon 2025-2026 entre La Riche et Chambray-lès-Tours via l’hôpital Bretonneau, le quartier des Fontaines, la Fac Grandmont ou encore le CHU Trousseau. Les deux terminus se trouveraient à proximité de sorties du périphérique et de parkings relais où l’on pourra laisser sa voiture avant d’aller en ville.

Pour le centre-ville de Tours, deux tracés avaient été envisagés : l’un par le Boulevard Béranger et l’autre par le Boulevard Jean Royer. Le débat a été clivant entre les partisans des deux parcours mais finalement les élus ont privilégié l’option Béranger en expliquant qu’elle pourrait permettre de transporter plus de voyageurs et desservir des secteurs structurants comme les Halles, la Cité de la Gastronomie à la Villa Rabelais ou la Place Jean Jaurès. Sauf que cette décision n’a pas calmé les opposants qui agitent un argument massue : les arbres de Béranger seraient menacés par le chantier. Le dépôt de recours n’est pas à exclure pour empêcher ou retarder la construction.

Dans l’article que nous avons mis en ligne ce mardi, nous relayons la publication d’une étude potentiellement inquiétante commandée par la Métropole. Elle évoque sans ambiguïté un risque de mise en danger des platanes si les rails sont construits trop près des troncs. Par ailleurs, la possibilité de couper certains arbres a été avancée, mais pas tous. En l’occurrence, uniquement ceux situés sur la 2e rangée, c’est-à-dire entre les places de stationnement en épi du boulevard. Les arbres situés au plus près du mail seront conservés, ils figurent par exemple sans ambiguïté sur les visuels de promotion du projet. Par ailleurs, face à la polémique, le maire de Tours Christophe Bouchet et la Métropole se veulent prudents et rassurants, expliquant notamment que d’autres études vont être commandées pour préparer au mieux les opérations et garantir la survie des arbres dont la présence fait partie du patrimoine.

Pas de menace sur le marché aux fleurs

Que l’on s’oppose au passage du tram par Béranger peut s’entendre, de même que la crainte pour la survie à long terme des arbres si leurs racines se trouvent coincées par les infrastructures. Le débat sur la sauvegarde d’arbres patrimoniaux est clairement un enjeu de société, surtout quand on sait qu’ils font chuter la température en période de canicule. On peut aussi confronter les opinions sur la nécessité réelle de construire un 2e tram ou de le remplacer par des bus à haut niveau de service à hydrogène. En revanche, plusieurs inquiétudes vues dans les commentaires méritent d’être démenties.

Non, le marché aux fleurs de Béranger ne disparaîtra pas. Même si elles n’ont pas communiqué explicitement sur le sujet ce qu’on peut leur reprocher, Tours Métropole et la mairie ont toujours été claires quand on leur a posé la question : la deuxième ligne de tram ne passera pas sur le mail du Boulevard Béranger. On peut notamment retrouver cette affirmation dans le bilan d’un conseil métropolitain de novembre 2018. Les rails seront soit installés de part et d’autre, sur les voies actuellement réservées aux voitures. Ou alors le tram roulera d’un côté (au nord ou au sud) et les voitures de l’autre côté. Ce point est encore à l’étude mais l’option de faire passer les rames au centre n’est pas du tout envisagée, comme on peut le voir sur le visuel promotionnel en tête d’article. Le mail sera donc toujours exploitable par le marché aux fleurs ou le marché aux vêtements. Et toujours ombragé avec une rangée d’arbres de chaque côté. Ce sera pareil pour le mail au centre du Boulevard Heurteloup qui accueille le marché de Noël. Là encore, le tram passera d’un côté ou de l’autre, pas entre les arbres.

Déjà des arbres au bord des rails dans d’autres quartiers

Prétendre le contraire est une contre-vérité malheureusement exploitée en ces temps électoraux par certains candidats aux municipales. Tout au plus la période de travaux (de 3 ans) pourrait entraîner des perturbations de ces activités commerciales, qui pourraient – c’est une hypothèse – s’en trouver fragilisées à plus long terme.

Autre chose ! on lit dans un commentaire que le tracé Royer n’entraînerait pas d’abattage d’arbres… A moins de stopper totalement la circulation automobile sur cet axe ce ne serait pas le cas et les arbres présents actuellement auraient dû être coupés. Néanmoins, précisons qu’ils sont moins vieux que ceux de Béranger, mais le nombre d'abattages aurait été plus important en nombre selon les documents présentés lors de la concertation publique en 2018.

Dernière chose : si la construction de la première ligne de tram a entraîné pas mal d’abattages d’arbres au point que des élus ont dit regretter ce choix et vouloir une deuxième ligne moins minérale, on ne peut que constater que dans plusieurs zones les rames passent à proximité immédiate d’arbres toujours bien en forme 6 ans et demi après la mise en service de cet équipement. 3 exemples : la Gloriette aux Deux-Lions, la Tranchée et le tronçon entre la caserne des pompiers de Tours Nord et le Beffroi.

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...