Tours

[A chaud] Après 9 jours de blocage, évacuation de la fac des Tanneurs à Tours

Le site était fermé pour protester contre la réforme des retraites.

Une opération "dans le calme" et "sans usage de la force" selon les mots de la préfecture d'Indre-et-Loire. Ce mercredi matin elle a réquisitionné la police pour évacuer la fac des Tanneurs occupée depuis lundi 13 janvier par des étudiantes et étudiants mobilisés contre la réforme des retraites. Il y avait environ une trentaine de personnes sur place nuit et jour, empêchant la tenue des cours et filtrant les entrées.

Depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites le 5 décembre, les Tanneurs servaient de camp de base pour plusieurs assemblées générales syndicales ou militantes - féministes par exemple. En ce début 2020, les jeunes avaient voulu passer à l'étape supérieure de la contestation en s'installant 24h/24 dans le bâtiment, filtrant les entrées pour empêcher un fonctionnement normal de l'Université. Un camp autogéré s'était alors organisé avec une présence en continu, et même du ménage pour laisser des lieux propres selon les occupants.

Le président de la fac va mettre en place un espace de débat

Certains enseignants ont soutenu l'opération mais la direction de l'Université a évoqué une situation "intolérable" regrettant des dégradations commises (tags, mobilier détérioré). Un incident s'est également produit la semaine dernière avec l'intrusion de militants d'extrême droite au petit matin dans les Tanneurs pour tenter de les débloquer. Sans faire de blessés mais avec quelques dégâts matériels. Depuis, la situation était calme mais tendue entre les jeunes et la présidence de l'université. Philippe Vendrix - son président - évoquait des tentatives de négociations infructueuses. Les étudiants dénonçaient eux l'attitude de la direction qui bloquait les échanges par mail.

Ce mercredi matin, c'est donc une grosse délégation policière avec une douzaine de fourgons qui a rejoint les Tanneurs pour faire partir tout le monde à la demande de la fac et dans l'objectif d'organiser rapidement une reprise des cours pour les 8 000 étudiants qui y sont inscrits. Néanmoins les activités ne reprendront pas tout de suite, seulement après "une remise en état des locaux" selon le communiqué des autorités qui ne font pas état d'interpellations mais le site La Rotative en annonce une. De son côté l'Université avait annoncé le dépôt d'une plainte à cause des dégradations.

". Je remercie les forces de l’ordre qui ont fait preuve, à cette occasion, d’un grand professionnalisme. Je remercie les étudiants, nos collègues enseignants, enseignants-chercheurs et personnels administratifs, qui ont fait part de leur compréhension durant cette période de tension.  Je souhaite que l’université redevienne un lieu de débats et d’échanges, dans le respect du droit de chacun. Afin de permettre cette vitalité démocratique, je mettrai à la disposition de la communauté universitaire une salle sur le site Fromont, le site des Tanneurs restant inaccessible pour encore quelque temps. Il va de soi que ce nouveau lieu de débat sera utilisé dans le respect de l’intégrité des locaux et dans le cadre du fonctionnement de nos sites, en respectant les horaires d’ouverture et de fermeture" écrit pour sa part Philippe Vendrix dans un communiqué. Une conférence de presse est programmée dans l'après-midi.