Tours

Entre 1500 et 2200 manifestants à Tours-Nord

Toujours contre la réforme des retraites...

Pour cette nouvelle journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, l’intersyndicale avait appelé à une nouvelle manifestation à Tours. Contrairement à la tradition, cette dernière était délocalisée du centre-ville.

Le rendez-vous était en effet donné à 10h à Tours-Nord, devant la caserne des pompiers. Un peu plus tôt dans la matinée, quelques manifestants sont entrés dans la galerie commerciale de l’hypermarché Auchan pour distribuer des tracts. Si le rendez-vous était donné dans la zone commerciale et industrielle du nord de la ville, c’est justement pour symboliquement cibler les grandes entreprises présentes dans cette zone. « C’était aussi l’occasion d’avoir un moment de solidarité avec les salariés de SES » expliquait de son côté Stéphane Deplobin (CGT), l'entreprise projetant 93 licenciements.

Au cours d’un parcours allant de l’avenue de l’Europe à la rue Gustave Eiffel, l'avenue du Danemark, et la rue Marie Curie, ce sont entre 1500 manifestants (selon la police) et 2200 selon les syndicats qui se sont rassemblés. Un chiffre jugé encourageant par les syndicats. Stéphane Deplobin évoquant le maintien de la pression sur le gouvernement, malgré l’annonce le week-end dernier du retrait provisoire de l’âge pivot. Une annonce qui sans surprise n’a pas convaincu.

Dans le cortège à noter que les enseignants étaient moins représentés que dans les manifestations précédentes. La faute à la multiplication des jours de grève, expliquait un membre de l’Education Nationale. En effet, si le rassemblement n’a pas atteint les chiffres élevés des manifestations de décembre avec jusqu’à 12 000 manifestants au début de la grève, le mouvement social s’est ceci dit clairement installé dans la durée avec une multiplication des actions allant même jusqu’au blocage de la fac des Tanneurs en ce début de semaine par les étudiants impliqués dans le mouvement.

Pour Stéphane Deplobin : « Nous appelons à continuer le mouvement et nous allons continuer à mobiliser tous les salariés car le gouvernement peut plier si on arrive à montrer la force de la contestation. » Et ce dernier de promettre déjà une nouvelle action forte vendredi prochain, jour où la réforme des retraites sera abordée en Conseil des Ministres.