Tours

Logements, bureaux, rooftop... 5 lieux de Tours qui vont changer de visage

La ville a retenu 5 projets sur les 8 initiaux pour son Appel à Projets Innovants.

Lancés l’an passé par la ville de Tours, les Appels à Projets Innovants ont rendu leur verdict. La ville a retenu 5 projets sur les 8 initiaux.

La démarche se voulait originale, sur le modèle de ce qui a déjà eu lieu à Angers ou encore Paris. En février 2019, la ville de Tours lançait « Devenir Tours », une opération de rénovation urbaine pensée comme une réflexion géante sur l’avenir de la ville ou plus précisément sur 8 sites de la ville, alors en friche ou jugés vieillissants.

  • Saint-Sauveur sur les bords du Cher, anciennement complexe industriel puis lieu culturel avec le Projet 244 il est désormais désaffecté
  • Le Pavillon de Conde situé dans le quartier des Casernes Beaumont-Chauveau, site du Musée du Train jusqu’en 2009 désormais inoccupé
  • La Caserne Chauveau Nord-Ouest du même quartier, délaissée depuis le départ de l’armée
  • Le Hangar Col de la Rue du Général Renault, il a servi aux militaires avant de devenir un boulodrome
  • L’Ermitage à Ste Radegonde, Etablissement Hospitalier pour une centaine de personnes âgées dépendantes amené à déménager avec la restructuration du CHU d’ici 2025
  • Le parking relais Jemmapes de Tours Nord
  • La sortie de l’A10 à Tours Centre au bout du Bd Heurteloup
  • L’ilot d’immeubles Marie Curie du Sanitas, au pied de la Passerelle Fournier

L’idée : lancer un appel à projets en dépassant le seul cadre des promoteurs immobiliers, avec un cahier des charges précis, obligeant à intégrer la population à la réflexion. « Objectif atteint » pour le maire de Tours qui précise avoir eu 68 candidatures, 64 acteurs associatifs et 168 partenaires non professionnels qui ont répondu à l’appel.

A l’issue du processus 5 sites sont pour le moment validés : Hangar Col, Caserne Chauveau, Ermitage, Marie Curie.

Pour les 3 autres, il est demandé au lauréat de l’échangeur A10 (le Polau, pôle des arts urbains) de poursuivre sa réflexion et notamment sur l’aspect économique de son projet, tandis que les projets du parking Jemmapes et du Pavillon de Condé n’ont pas donné satisfaction.

Les projets retenus :

Hangar Col 

Le hangar désaffecté ne va pas totalement disparaître. Il sera en effet intégré au projet « ID Halles » d’Ataraxia, le candidat retenu. 39 logements (31 en libre, 8 en accession sociale) y verront le jour ainsi qu’une salle de quartiers avec un jardin ouvert.

Site Marie Curie (Sanitas)

C’est le site qui a attiré le plus de candidatures (11). C’est le projet « Premières Lignes » de Bouygues qui a été retenu. Ce qui a plu au jury composé d’élus de la ville : une architecture jugée audacieuse et végétalisée. Dans le détail près de 150 logements verront le jour ainsi qu’un bar-restaurant sur le toit. L’autre volet du projet c’est l’intégration « d’un tiers lieu culturel, social et solidaire » dans les nouveaux bâtiments comprenant le centre social « Pluriel(le)s du Sanitas, actuellement à l’étroit dans ses locaux, mais aussi un espace petite enfance, des ateliers, des salles de danse ou encore un café associatif.  

Saint-Sauveur 

La friche du Projet 244 de près de 16 000 m² laissera la place au projet « Share » du promoteur Linkcity et des architectes Alain Gourdon et Nicolas Michelin.

Une centaine de logements sont prévus ainsi qu’une résidence hôtelière, un amphithéâtre de verdure avec une scène de théâtre (en lien avec le Théâtre Olympia) et un atelier d’artisans, artistes, designers… Un signal urbain (un immeuble d’une dizaine d’étages) verra aussi le jour en entrée de site.

Caserne Chauveau

En bordure du nouveau quartier des casernes qui doit voir le jour dans les prochaines années, ainsi qu’à côté du nouveau CCNT (Centre Chorégraphique National de Tours), le projet « Art Urbain » de Marignan intégrera une antenne des écoles d’architecture de Versailles et de Nantes, un cabinet médical, une soixantaine de logements ainsi qu’un nouvel espace de co-working.

Ermitage

Ce site sera cédé par le CHU de Tours, le propriétaire à l’horizon 2025 dans le cadre de la restructuration de ses services. Le bâtiment principal qui domine le côteau de la Loire sera alors conservé par Sogeprom, le candidat retenu avec son projet « Hauts de L’Ermitage ».

Plus de 140 logements seront réalisés, dont certains en co-living (avec des espaces partagés). Le parc sera ouvert au public et la ville prévoit la plantation de vignes. Un restaurant en rooftop verra le jour également sur le toit du bâtiment.

Météo locale

Recherche

GRAND ECRAN...

UNE PETITE MOUSSE ?

EMPLOI...

LUMINEUX !

ART NATUREL...