Tours

Avenir de l’aéroport de Tours : « Tout n’est pas encore finalisé »

C’est ce qui le député Philippe Chalumeau.

La saison des vœux politiques est lancée en Indre-et-Loire et le député LREM de Tours Philippe Chalumeau s’y est collé ce lundi soir dans un restaurant de la Rue Marceau.

Dans la salle : quelques candidats LREM aux élections municipales du mois de mars (Jean-Marc Pichon à Saint-Pierre-des-Corps, Laurence Hervé à Joué, Benoist Pierre à Tours…), le vice-président de Tours Métropole Thibault Coulon ou l’ex-sénateur Jean-Jacques Filleul. Vu l’actualité, on attendait Philippe Chalumeau sur la réforme des retraites sachant que le gouvernement reprend les discussions avec les partenaires sociaux ce mardi 7 janvier, à deux semaines de la présentation officielle du texte en conseil des ministres. « J’en parlerais très peu » prévient l’élu qui souhaite simplement « un compromis au plus vite. » Il note en prime :

« Dans notre société, toute décision publique est contestée, même quand elle fait l’objet d’une large concertation. »

Le député de la majorité a parlé pendant 1h. Un mot pour l’Australie ravagée par les incendies, une référence aux tensions entre l’Amérique et l’Iran, un hommage aux militaires morts en opération au Mali, 10 bonnes minutes sur le Plan Pauvreté du gouvernement… et un terme revenu à plusieurs reprises : « Urgence. »

« Il y a urgence car nous sommes déjà à mi-mandat » souligne Philippe Chalumeau. Parmi ses priorités : les violences faites aux femmes. Un dispositif tourangeau sera prochainement étendu à Rennes, Tours et en région parisienne à savoir l’ouverture d’un espace d’accueil pour les femmes victimes de violences dans les locaux d’SOS Médecins.

L’activité du CEA de Monts garantie jusqu’en 2040

Face au président de la Banque Alimentaire de Touraine, le député évoque la question de la solidarité avec le lancement imminent d’une nouvelle épicerie sociale itinérante de la Croix Rouge en Sud-Touraine ou le souhait de récolter des fonds pour l’hébergement d’urgence : « Dans la Métropole Emergence a acheté un local mais n’a pas les financements pour l’aménager » déplore le député.

Enfin, Philippe Chalumeau s’est attardé sur les questions de défense, face aux représentants de l’armée. Ce sujet fait partie de ses spécialités, il a notamment suivi de près le projet de loi élaborant la politique militaire française jusqu’en 2025 et rencontre cette semaine la secrétaire d’Etat pour évoquer la création d’une force de défense pour l’Union Européenne. Le député de Tours a rappelé que la pérennité du CEA de Monts était assurée jusqu’en 2040 et que 350 nouveaux personnels des armées étaient attendus à Tours pour compenser le déménagement de l’école de pilotes de chasse vers Cognac. Il a laissé entendre que d’autres installations de services militaires étaient à l’étude.

« La base de défense est consolidée et l’aéroport de Tours sauvé » estime Philippe Chalumeau. Malgré le départ de l’armée, 4 contrôleurs aériens resteront affectés à sa gestion avec également la possibilité de gérer le trafic à distance, une première en France « confirmée par le 1er ministre. » Néanmoins « tout n’est pas encore finalisé » note le député faisant référence à plusieurs enjeux : la dépollution du site avant son réaménagement (des projets de bureaux, d’hôtels…), l’avenir de la section aérienne de la gendarmerie ou la mobilisation de fonds pour entretenir la piste de décollage et d’atterrissage. « Ce sont des défis importants à relever mais cet aéroport reste essentiel » conclut l’élu.

Olivier Collet

Météo locale

Recherche

GRAND ECRAN...

UNE PETITE MOUSSE ?

EMPLOI...

LUMINEUX !

ART NATUREL...