Tours

Coupe de France : le Tours FC critique "l'inélégance" de Nîmes, parti avec la recette du match

Une enveloppe de 9 500€.

Samedi 4 janvier Tours recevait Nîmes en 32e de finale de la Coupe de France de foot avec 3 500 personnes dans les tribunes du Stade de la Vallée du Cher : une bonne affluence cette saison, alors que les Tourangeaux évoluent en National 3, la 5e division française. Il faut dire que ce match était à enjeux, les Nîmois étant pensionnaires de Ligue 1, même s'ils occupent actuellement l'avant-dernière place du championnat Elite.

La rencontre a été à la hauteur des atentes du public ligérien : enlevée. D'abord 1-0 pour les visiteurs, puis 1-1, puis 2-1 pour les Gardois, puis 2-2... Deux prolongations sans but et enfin les tirs aux buts. Cruelle séance que Tours perd 4-2 avec un pénalty refusé qui aurait dû être accepté. Les images ont fait le tour du web tout le week-end. Cela n'aurait peut-être pas suffi à qualifier les Ciel & Noir mais cela aurait pu modifier la physionomie de la séance.

Dans un communiqué publié ce lundi, le Tours Football Club revient sur cet incident : il s'interroge sur le fait que l'arbitre n'a pas vu le poteau rentrant mais ne polémique pas plus que ça, et de toute façon ça ne servirait pas à grand chose car il n'y a pas de recours possible.

En revanche le club dirigé par Jean-Marc Ettori dénonce "l'inélégance" de son adversaire qui est reparti d'Indre-et-Loire avec sa part de recettes du match, soit la somme de 9 500€ grâce à la vente des billets. Oui mais voilà : en Coupe de France la tradition veut que les gros clubs laissent l'argent qui leur revient aux équipes amateurs. Même si le TFC était encore club pro la saison dernière, ses moyens ont nettement baissé.

"Accueillis chaleureusement la veille du match pour sa mise en place au centre d’entrainement du Tours FC, placés dans les meilleures conditions pour leur séjour, (...) les Gardois sont partis en catimini avec leur part de recette. Un montant de 9 500 euros qui à l’échelle d’un budget de club de Ligue 1 représente une microscopique goutte d’eau. Une décision justifiée par le fait qu’il fallait couvrir les frais de déplacement et d’hébergement, pourtant les Nîmois sont venus du Gard avec leur car officiel et ont dormi à l’Ibis Styles ! Il parait que « La richesse est comme l’eau de mer, plus on en boit et plus on a soif ». Mais, il n’est peut-être pas trop tard pour revenir sur cette décision Président Rani Assaf ?" souligne le club ce lundi.