Tours

Ce qu’il faut savoir sur les voitures radar privées qui circulent en Centre-Val de Loire

Une nouveauté de l’année 2020.

Chaque début d’année est synonyme de changement : hausse du SMIC et du prix du timbre, baisse d’impôts, interdiction des cotons-tiges… 2020 n’échappe pas à la règle. Parmi les nouveautés attendues sur la route, on peut signaler le retour prochain de panneaux autorisant de rouler à 90km/h au lieu de 80 sur certains axes secondaires (plus de 400km en Touraine) mais il faudra toujours faire attention à sa vitesse car les voitures radar risquent de croiser votre route à tout moment.

Ces voitures radar, ce sont des véhicules banalisés équipés d’un système de contrôle de vitesse. Elles peuvent emprunter n’importe quel axe et flasher en toute discrétion les véhicules qui dépassent la limite autorisée. En cas d’infraction, vous recevez la contravention à votre domicile comme en cas de flash par un radar automatique.

Jusqu’ici, seuls les policiers et les gendarmes étaient autorisés à conduire ces véhicules mais le gouvernement a choisi de faire confiance à des entreprises privées pour gérer cette tâche et décharger les forces de l’ordre de ce type de contrôle au profit d’autres missions qui nécessitent plus de qualifications (comme les contrôles d’alcoolémie ou la détections des stupéfiants). Les voitures qui roulaient seulement quelques heures de temps en temps vont donc pouvoir parcourir plus souvent les routes grâce aux salarié.e.s embauché.e.s pour être derrière le volant. Le dispositif initié en Normandie est étendu à 3 nouvelles régions en 2020 : Pays de la Loire, Bretagne et Centre-Val de Loire, chez nous, donc.

Une vingtaine de voitures pourront emprunter les différents axes des 6 départements de la région

Elles pourraient circuler en moyenne 5-6h par jour

L’Etat assure que les entreprises chargées de les faire rouler seront très encadrées

Elles auront un nombre de kilomètres défini à parcourir, et ne seront pas rémunérées selon le nombre de PV dressés

Les amendes seront validées par des officiers de police judiciaire

La marge d’erreur des contrôles sera plus élevée que les radars automatiques : 10km/h en dessous de 100km/h et 10% de la vitesse au-dessus de 100km/h

Les axes où on risque des les croiser seront définis à l’avance : ceux avec un fort trafic, une limitation de vitesse élevée ou un fort risque accidentogène. On peut donc imaginer les voir sur les autoroutes A10, A28 et A85, le périphérique tourangeau, la D752, la D943 ou l’ex Nationale 10.

Cette privatisation des contrôles de vitesse mobiles est-elle réellement efficace ? Pour l’instant, seule la Normandie teste le dispositif. Un bilan publié début février 2019 montrait que d’avril à octobre 2018, donc pendant 6 mois, les véhicules normands avaient parcouru 40 000km et flashé 1 873 conductrices et conducteurs en infraction… ce qui a rapporté un peu plus de 250 000€. Depuis on n’a pas trouvé d’autres chiffres. Donc on ne sait pas vraiment si tout cela est rentable (la réponse serait non au vu de ces seules données). On ignore aussi si le dispositif est réellement une machine à cash pour l’Etat comme le dénonce l’association 40 Millions d’Automobilistes également opposée aux 80km/h. On ne sait pas non plus si le dispositif est efficace pour la prévention.

Alors de quels véhicules faut-il potentiellement se méfier ? Il s’agirait de voitures de marque Seat ou Skoda selon un article du site capital.fr. Par ailleurs le département de leur plaque d’immatriculation n’est pas forcément celui dans lequel elles circulent.

Météo locale

Recherche

GRAND ECRAN...

UNE PETITE MOUSSE ?

EMPLOI...

LUMINEUX !

ART NATUREL...