Tours

La population tourangelle a (encore) augmenté : nous sommes 606 511

Résultat du dernier recensement de l’INSEE.

Les données arrivent chaque année à la même période : l’INSEE fait le bilan de son recensement annuel partout en France juste avant de lancer une nouvelle campagne d’enquête auprès de la population (on en reparlera pendant le mois de janvier).

Voici donc ce qu’il faut retenir pour les données publiées ce 30 décembre 2019 et datées de l’année 2017 :

Le Centre-Val de Loire compte au total 2 576 232 habitantes et habitants, soit environ 13 000 de plus en 5 ans. Elle reste la région la moins peuplée de France continentale (Corse non comprise, donc) avec 4% du total de la population nationale. 2 500 nouvelles personnes y élisent domicile en moyenne chaque année.

La population tourangelle est, elle, passée de 596 937 personnes à 606 511 sur la même période, ce qui en fait le 2e département le plus peuplé de la région derrière le Loiret (678 105).

A eux deux, Touraine et Loiret concentrent la moitié des habitants de la région.

On retiendra que la population du Cher et de l’Indre a tendance à baisser, que celle du Loir-et-Cher stagne et qu’elle progresse à peine en Eure-et-Loir.

En Indre-et-Loire, la population augmente de 0,3% par an selon l’INSEE. Et c’est plutôt constant.

D’après l’enquête de l’institut national de la statistique, 44% des communes de la région voient leur nombre d’habitants augmenter et environ 1 personne sur 5 vit dans une municipalité regroupant moins de 1 000 personnes. La métropole d’Orléans se densifie plus vite que celle de Tours avec un accroissement de population de 0,8% par an entre 2012 et 2017 contre +0,2% pour Tours et les communes environnantes.

La ville de Tours en elle-même compte 135 787 résidentes et résidents, contre 134 978 en 2012 (+ 9 600). A peine 1 000 personnes de plus (+ 2 500 à Orléans même si au final la localité ne rassemble « que » 116 685 âmes).

Derrière Tours, Joué reste nettement 2e commune tourangelle se rapprochant de plus en plus des 38 000 habitants (37 893). Sa population progresse de 0,4% par an contre 0,1% à Tours.

Suivent Saint-Cyr-sur-Loire avec 15 960 habitants (-0,2% par an), Saint-Pierre-des-Corps N°4 avec 15 838 personnes (+0,8% par an), Saint-Avertin (15 025, +0,2% par an), Amboise est 6e (12 610 personnes, -0,8% de population par an), Chambray-lès-Tours 7e et la grande commune où la population progresse le plus (1,4% par an) atteignant 11 578 personnes en 2017 (800 de plus en 5 ans !). Enfin pour compléter le top 1à : Montlouis (10 666 habitants, stable), La Riche (10 448, +0,5% par an) et Fondettes (10 307, +0,1% chaque année).

A l’échelle régionale, des villes comme Bourges, Vierzon, Dreux, Châteauroux ou Vendôme ont tendance à se dépeupler.

En Indre-et-Loire, si la population de l’agglomération tourangelle progresse (384 000 dans la grande métropole qui inclut la région d’Amboise), celle de la région lochoise est en diminution (-0,1% par an) : 400 personnes perdues de 2012 à 2017, pour environ 117 800 aujourd’hui. 11 934 à Loches qui dépassait les 12 000 personnes en 2012).

Chinon et ses environs progressent par ailleurs légèrement avec 103 713 résidentes et résidents en 2017 selon l’INSEE, soit 1 200 personnes gagnées en une demi décennie. La ville de Chinon et sa proche couronne en ont elles gagné 300 et dépassent pour la première fois la barre des 10 000 habitants, 10 003 précisément selon l’INSEE.