Tours

[Le saviez-vous] Porte de Loire : la petite histoire des pierres qui vont recouvrir les 2 hôtels

Opération chapeautée par une entreprise de Saint-Pierre-des-Corps.

Après des années de feuilleton politique et judiciaire, le chantier du Haut de la Rue Nationale de Tours a débuté dans le courant de cette année 2019. A l’ouest de la plus grande artère commerçante de la ville, le bâtiment a poussé rapidement puisque le gros œuvre du futur hôtel 4 étoiles de 100 chambres est pratiquement terminé. Seule reste à édifier les derniers étages de la tour qui fera face à la Loire côté nord. A l’est, l’hôtel trois étoiles de 70 chambres s’élève également à une vitesse soutenue.

Pour l’instant, les deux immeubles (qui abriteront aussi des commerces au rez-de-chaussée des deux côtés, des logements et l’entrée du Musée du Compagnonnage côté est) ne ressemblent qu’à de vastes masses grises de béton, loin des images de synthèse avec de belles pierres claires et des tours en verre.

A partir du mois de janvier, ça va changer. Les parements en pierre vont être posés progressivement, pendant environ 7 mois. Si le chantier est dirigé par le groupe Eiffage, c’est l’entreprise Roches et Pierres qui gère cette opération. Il s’agit d’une PME de 12 salariés basée à Saint-Pierre-des-Corps, dans la zone des Grands-Mortiers (pas très loin des Atlantes et de la gare TGV). Créée en 1946 et rachetée en 2002 par son propriétaire actuel – Jean-Marc Lejeune – elle est autant spécialisée dans la pose de parements en pierre sur des immeubles que dans la confection de plans de travail pour cuisine ou de salles de bain sur-mesure. Sa matière première vient de France, de Belgique, d’Italie ou d’Espagne. Elle arrive par plaques avant d’être découpée, façonnée, polie dans un atelier bourré de machines extrêmement précises. Une usine construite en 2007, en remplacement d’anciens locaux.

A LIRE AUSSI : « La haute couture de la pierre » sur 37 degrés

Roches et Pierres, c’est les dalles en pierre avec les œuvres de Buren sur les quais du tram de Tours, les parements de pierre du nouveau quartier Central Parc de Saint-Cyr-sur-Loire ou encore la devanture du restaurant Charles Barrier. A chaque chantier sa technique :

  • Des plaques de 60cm par 30cm et 15mm d’épaisseur qui ne dépassent pas 40kg au m² et qui sont collées directement sur les murs porteurs avec une colle blanche spécifique « qui a un fort taux d’adhésion et un petit coefficient de souplesse pour que la pierre bouge avec le support selon le climat » explique Jean-Marc Lejeune, le directeur.
  • Pour des pierres plus grandes, il existe un autre système de fixation via des pattes mécaniques fixées au support béton et via lesquelles les pierres sont agrafées. « C’est quasi invisible » selon le professionnel. Les dalles peuvent alors faire jusqu’à 6cm d’épaisseur, 2 au minimum, de quoi garantir une bonne isolation en plus de l’aspect esthétique. C’est ce type de produit qui a été choisi à Porte de Loire, avec des plaques d’1m20 sur 60cm

Après consultation de l’Architecte des Bâtiments de France, c’est une pierre locale qui a été choisie pour le Haut de la Rue Nationale, soit de la pierre de Chauvigny dont la couleur rappelle celle du tuffeau. La pose va commencer juste après les fêtes de fin d’année, du rez-de-chaussée vers le toit soit 2 700m² (à titre de comparaison, le projet Central Parc de St-Cyr c’est 9 000m² de pierre, un calcaire mi-dur portugais). De grandes plaques de pierres de 7cm d’épaisseur (pour l’étanchéité) seront également posées au sommet des bâtiments qui doivent être inaugurés en 2021.

Météo locale

Recherche

GRAND ECRAN...

UNE PETITE MOUSSE ?

EMPLOI...

LUMINEUX !

ART NATUREL...